Accueil > Musique > 2005 > Katerine : Robots Après Tout

Katerine : Robots Après Tout

lundi 21 août 2006, par Marc


C’était il y a onze ans. Katherine sortait un album intitulé L’éducation anglaise. On le voyait en pull moulant style Le prisonnier et la musique était kitsch easy-listening comme beaucoup de productions semi alternatives de l’époque. Avec sa soeur Bruno (en jouant au docteur on devait pas bien savoir qui faisait quoi) ils parlaient d’histoires légères, de Janie Longo. Puis j’avoue que je l’avais un peu perdu de vue, à part le fort délicat Je suis dans la merde et je vous emmerde.

Le premier contact avec un album se fait via la pochette et là, on le voit moulé dans un pull rose du plus bel effet. De plus Le titre se moque visiblement du dernier (et pas terrible) Daft punk et déjà là je souris car sans tomber dans la gaudriole, il ne faut prendre le tout au second degré. Ce qui est aisé vu le côté hénaurme de la chose.

De même, du côté musical, c’est le manuel du parfait petit emmerdeur puisque des arrangements sont parfois à la limite de la variété, en tous cas au moins passe-partout. Et ça va de tentatives electroclash cheap (Borderline, Excuse-moi qui traite d’un sujet déjà traité par Miossec ou Florent Marchet) à une presque pastiche de Polnareff, donc plus rigolo et supportable que l’original (Numéros), voire l’album qu’à commis Houellebecq (Le train de 19h00), en plus délirant cependant.

Finalement, certains titres pourraient bien nous faire danser un jour (Au Louxor et son gimmick de coupage de son) et le flippant Marine Le Pen est vraiment réussi aussi. Au jeu toujours hasardeux des comparaisons, j’oserais qu’il pourrait être le fils caché des Brochettes et de M ?

C’est parfois n’importe quoi (100% VIP), voire même complètement énervant (Titanic, 11 septembre) mais c’est rigolo et pas tellement courant. Indispensable juste parce qu’il n’existe pas vraiment d’équivalent. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)