Accueil > Musique > 2021 > Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility

Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility

lundi 15 mars 2021, par Marc


Dans les remises de prix à la fin du cycle secondaire (du moins mon établissement de l’époque), le plus improbable est celui du ‘meilleur espoir’, ou un intitulé bidon s’en approchant. Il visait à débusquer celle ou celui qui devait avoir l’avenir le plus radieux. Il va de soi que la réalité pouvait se révéler un rien différente. Dans la copieuse promotion des premiers albums de 2005, qui aurait pu croire que Clap Your Hands Say Yeah aurait une discographie plus continue, constante et solide que, disons, Arcade Fire ou LCD Soundsystem ? Peu de monde sans doute pourtant, en 2021, c’est une constatation qui s’impose. Loin de nier ce début de carrière sous le signe du buzz, ils intitulent un morceau CYHSY, 2005 qui dégage

Comme déjà identifié sur leurs excellents albums plus récents, certains sons et la majesté qui se dégage de cette musique évoquent les bons souvenirs du The Cure circa Disintegration. La combinaison de ces sons qu’on chérit, de la voix particulière d’Alex Ounsworth et d’un peu de lourdeur fait de Thousand Oaks un de ces morceaux dont on ne semble pas se lasser. Pourtant, cette voix nasillarde qui prend beaucoup de place ne devrait pas être un produit d’appel. Et c’est encore plus flagrant quand elle s’épanche (Dee, Forgiven), harmonica à la clé. Il se peut même que certains le verront franchir la ligne rouge de beaucoup sur If I Were More Like Jesus. Mais rien à faire, ça fonctionne.

Ils arrivent à instiller cette intensité d’emblée, avec un morceau qui nous attrape sans coup férir. On est contents de les retrouver dans la continuité de ce qu’on a déjà aimé mais on apprécie aussi de voir quelques nouvelles inclinations. On est emportés par New Fragility quand imperceptiblement il s’élance dans son dernier tiers à grand renfort de cordes. Sur Innocent Weight ou Went Looking Down For Trouble ce sont ces cordes qui supportent une belle montée en bonne et due forme. A l’inverse, il suffit d’un piano pour lancer Mirror Song.

New Fragility est un album plus lancinant, peu spectaculaire, moins immédiatement convaincant que ses prédécesseurs pourtant, c’est exactement ce genre de sortie qui cimente la réputation d’un groupe. De plus, c’est un album qu’on aborde par la sympathie développée au cours de 16 ans de fréquentation de la formation et qui grandit au fil des écoutes. Plein de raisons de continuer à écouter ces discrets héros donc.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility 15 mars 2021 08:46, par Laurent

    Indépendamment de ce chouette album qui conforte en effet la sympathie à long terme pour ce groupe qui a suscité tant de malentendus au fil de son parcours (plus solide qu’Arcade Fire ? reparlons-en à l’occasion), je reste captivé par le questionnement autour du "meilleur espoir".

    D’abord, je suis curieux de savoir quel est cet établissement qui octroyait un tel prix ; ensuite, si tu l’as reçu. :D

    Je me rends surtout compte que ce concept, popularisé notamment par les César, est vraiment une fausse bonne idée. Je ne m’en étais pas aperçu auparavant mais, si je trouve qu’encourager une personne dans ses brillants premiers efforts part d’une très belle intention, quel message envoie-t-on finalement à tous ses coreligionnaires ? Vous ne suscitez pas d’espoir(s) ? En tout cas moins ? Et quid de la pression sur les épaules de ce(tte) pauvre jeune à qui on dit somme toute qu’on l’attend au tournant ? Mais alors, faut-il éviter d’espérer de peur d’être déçu(e) ? Diantre, cette réflexion est quasi beckettienne.

    Tu vois ce que tes articles continuent de déclencher en 2021, Marc. Décidément, tu rencontres tous les espoirs qui avaient été placés en toi.

    repondre message

    • Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility 15 mars 2021 12:17, par Marc

      La discographie d’Arcade Fire est solide de chez solide. Simplement, entre ce New Fragility et Everything Now , "la question elle est vite répondue"....

      Sinon, j’étais à l’Athénée Royal de Dinant (qui ne s’appelait pas encore ’Adolphe Sax’) et non, je n’ai pas reçu ce prix. Dont l’intitulé exact m’échappe mais qui était du genre "élève dont les résultats et la personnalité augurent d’un brillant avenir". Je caricature à peine.

      C’est vrai que le concept de ’meilleur espoir’ est bancal dès l’origine. Si on dit ’meilleure performance de la part de quelqu’un qui n’a pas d’expérience’, on est plus proche de l’esprit qu’en disant ’on devine qu’il.elle va faire de grandes choses’, ce que par définition personne ne peut garantir.

      Voilà, la critique comme prétexte à discussion... Tu reprends la même chose ?

      repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)