Accueil > Musique > 2022 > Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

mercredi 11 mai 2022, par Marc


Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.

Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement réparée par l’écoute du Consumed original qui rappelle à quel point ce son deep a une influence sur des artistes comme Stefan Bodzin ou Uzul. C’est opaque et fascinant, forcément, avec cette propension à faire de la répétition sans en faire vraiment.

Comme pour un cahier de coloriage, on peut parfois regretter la pureté du noir-et-blanc mais force est de constater que vu l’aspect aride des morceaux de base, il y avait de la place pour ajouter un instrument. Et les additions sont judicieuses, bien dans l’esprit des ambiances ouatées de Hawtin. Alors que les penchants kitsch de Chilly Gonzales sont parfois trop manifestes pour être narquois, il trouve ici la bonne distance. C’est rare qu’un ajout augmente la légèreté pourtant c’est le cas.

On ne sait pas si c’est Chilly qui échange son piano pour des sons de clavier sur Consume mais c’est une diversion bienvenue, tout comme la belle profondeur de Converge. Et puis il y a ce très long Consumed. C’est là que le piano de Gonzales prend le plus ses aises, aère le morceau qui n’en avait peut-être pas besoin. La pulsation est irrésistible, mouvante par très petites touches.

La fusion de styles est un art compliqué à réussir mais force est de constater que le mélange prend ici. Cette adjonction rend cet album plus facile d’accès que son géniteur tout en préservant une part de son mystère originel.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Bodi Bill - I Love You I Do

    Parce qu’un jour on a croisé le chemin de l’inoubliable clip de Somebody Is, on a fondu à jamais pour The/Das. Il faut dire que leurs deux albums étaient pas loin d’être fantastiques. On est donc forcément curieux d’écouter le quatrième album de l’autre projet de Fabian Fenk et Anton Feist (rejoints ici par un certain Alex Stolze) et on retrouve vite des plaisirs proches.
    Ils gardent une belle amplitude de genre mais les extrémités ne sont pas les mêmes, avec une propension à déborder vers le rock (...)