Accueil > Critiques > 2022

Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

mercredi 11 mai 2022, par marc


Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.

Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement réparée par l’écoute du Consumed original qui rappelle à quel point ce son deep a une influence sur des artistes comme Stefan Bodzin ou Uzul. C’est opaque et fascinant, forcément, avec cette propension à faire de la répétition sans en faire vraiment.

Comme pour un cahier de coloriage, on peut parfois regretter la pureté du noir-et-blanc mais force est de constater que vu l’aspect aride des morceaux de base, il y avait de la place pour ajouter un instrument. Et les additions sont judicieuses, bien dans l’esprit des ambiances ouatées de Hawtin. Alors que les penchants kitsch de Chilly Gonzales sont parfois trop manifestes pour être narquois, il trouve ici la bonne distance. C’est rare qu’un ajout augmente la légèreté pourtant c’est le cas.

On ne sait pas si c’est Chilly qui échange son piano pour des sons de clavier sur Consume mais c’est une diversion bienvenue, tout comme la belle profondeur de Converge. Et puis il y a ce très long Consumed. C’est là que le piano de Gonzales prend le plus ses aises, aère le morceau qui n’en avait peut-être pas besoin. La pulsation est irrésistible, mouvante par très petites touches.

La fusion de styles est un art compliqué à réussir mais force est de constater que le mélange prend ici. Cette adjonction rend cet album plus facile d’accès que son géniteur tout en préservant une part de son mystère originel.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)