Accueil > Musique > 2022 > Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

mercredi 11 mai 2022, par Marc


Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.

Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement réparée par l’écoute du Consumed original qui rappelle à quel point ce son deep a une influence sur des artistes comme Stefan Bodzin ou Uzul. C’est opaque et fascinant, forcément, avec cette propension à faire de la répétition sans en faire vraiment.

Comme pour un cahier de coloriage, on peut parfois regretter la pureté du noir-et-blanc mais force est de constater que vu l’aspect aride des morceaux de base, il y avait de la place pour ajouter un instrument. Et les additions sont judicieuses, bien dans l’esprit des ambiances ouatées de Hawtin. Alors que les penchants kitsch de Chilly Gonzales sont parfois trop manifestes pour être narquois, il trouve ici la bonne distance. C’est rare qu’un ajout augmente la légèreté pourtant c’est le cas.

On ne sait pas si c’est Chilly qui échange son piano pour des sons de clavier sur Consume mais c’est une diversion bienvenue, tout comme la belle profondeur de Converge. Et puis il y a ce très long Consumed. C’est là que le piano de Gonzales prend le plus ses aises, aère le morceau qui n’en avait peut-être pas besoin. La pulsation est irrésistible, mouvante par très petites touches.

La fusion de styles est un art compliqué à réussir mais force est de constater que le mélange prend ici. Cette adjonction rend cet album plus facile d’accès que son géniteur tout en préservant une part de son mystère originel.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)