Accueil > Critiques > 2022

Déclic Vol 1 : Mutant

lundi 20 juin 2022, par Marc


Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.

Difficile donc de discerner les intervenants et c’est très bien comme ça. Mais ou des exercices comme FUCTAPE partent dans énormément de directions, cet album reste remarquablement cohérent. Sans doute que ce line-up fait d’opportunités a induit cet entrechoquement. Typiquement, le saxophone pourrait être absent de bien des morceaux sans laisser un trou béant. Mais en tant que tels, ces morceaux restent cohérents et ce sax ajoute du liant entre les morceaux en plus d’une touche de liberté bienvenue. On pense un peu au piano de Chilly Gonzales en liberté chez Plastikman mais le fond est moins minimal.

Entrechoquement aussi sur Circles Take où des structures techno appuient un sax très free jazz pour une belle giclée d’euphorie. Ils n’ont même pas besoin de sortir les beats pour que ça fonctionne. De belles structures denses pouvant déboucher sur des entrelacs de percussions (Outrolude) pour un résultat lumineux. Oui, il y a un peu de voix (triturées) sur Wind mais ce ne sont pas elles qui prennent le plus de place. Fort heureusement aussi, les morceaux plus louvoyants comme 6.1.10 n’en deviennent jamais arides, il y a toujours de l’air et de la lumière. Ils nous laissent avec une dernière longue plage Nican qui n’est pas qu’un sas de décompression et qui convoque de bons vieux breakbeats

Malgré le vocabulaire abstrait utilisé ici, cet album de jazz electro de haute tenue est remarquablement accessible et cohérent. Dans le genre, il se profile comme un des meilleurs exercices de l’année et pourra servir d’introduction à beaucoup d’artistes qu’on ne connaissait pas.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fabrizio Modonese Palumbo - ELP

    Peu d’artistes se sont révélés aussi vite omniprésents que l’impeccable Fabrizio Modonese Palumbo. On a plongé dans sa collaboration avec Enrico Degani, découvert qu’on l’avait croisé chez Almagest ! puis réécoutés avec Larsen, en [collaboration avec Xiu Xiu, en tant que ( r ) ou maintenant sous son nom propre. Le tout en moins de deux ans.
    L’album dont il est question aujourd’hui est une collection de (...)

  • Muet – Electrochoc (EP)

    On avait déjà confessé un goût prononcé pour ceux qui abordent la chanson française avec des envies résolument indé. Dans ce contingent, Volin nous avait beaucoup plu et on retrouve son leader Colin Vincent avec plaisir sur ce nouveau projet. Si on retrouve la même propension à garder des textes en français sur des musiques plus aventureuses, le style a un peu changé.
    Accompagné de Maxime Rouayroux, (...)

  • you.Guru - UNtouchable

    Si on ne reçoit qu’avec parcimonie des nouvelles musicales de Pologne, force est de constater que celles qui nous parviennent sont toujours au minimum dignes d’intérêt (The Bullseyes, Izzy and the Black Trees) et on ajoute You.Guru a la liste.
    Ce que propose le trio n’est vraiment du post-rock, mais un rock instrumental enlevé, pulsé. Un genre de math-rock qui serait allé se promener ou du Holy Fuck (...)

  • Sandor - La Médaille

    Il y a belle lurette qu’on célèbre des artistes provenant de la confédération helvétique. De Bitter Moon à Ventura en passant par Gina Eté, Odd Beholder ou Fai Baba, il y a clairement de quoi faire. La liste est longue et compte maintenant un nouveau non à retenir.
    Quand on pratique un style électronique, il faut soit être fort subtil ou s’arranger pour que ça claque. C’est clairement la seconde option (...)