Accueil > Critiques > 2022

Déclic Vol 1 : Mutant

lundi 20 juin 2022, par marc


Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.

Difficile donc de discerner les intervenants et c’est très bien comme ça. Mais ou des exercices comme FUCTAPE partent dans énormément de directions, cet album reste remarquablement cohérent. Sans doute que ce line-up fait d’opportunités a induit cet entrechoquement. Typiquement, le saxophone pourrait être absent de bien des morceaux sans laisser un trou béant. Mais en tant que tels, ces morceaux restent cohérents et ce sax ajoute du liant entre les morceaux en plus d’une touche de liberté bienvenue. On pense un peu au piano de Chilly Gonzales en liberté chez Plastikman mais le fond est moins minimal.

Entrechoquement aussi sur Circles Take où des structures techno appuient un sax très free jazz pour une belle giclée d’euphorie. Ils n’ont même pas besoin de sortir les beats pour que ça fonctionne. De belles structures denses pouvant déboucher sur des entrelacs de percussions (Outrolude) pour un résultat lumineux. Oui, il y a un peu de voix (triturées) sur Wind mais ce ne sont pas elles qui prennent le plus de place. Fort heureusement aussi, les morceaux plus louvoyants comme 6.1.10 n’en deviennent jamais arides, il y a toujours de l’air et de la lumière. Ils nous laissent avec une dernière longue plage Nican qui n’est pas qu’un sas de décompression et qui convoque de bons vieux breakbeats

Malgré le vocabulaire abstrait utilisé ici, cet album de jazz electro de haute tenue est remarquablement accessible et cohérent. Dans le genre, il se profile comme un des meilleurs exercices de l’année et pourra servir d’introduction à beaucoup d’artistes qu’on ne connaissait pas.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)