Accueil > Musique > 2022 > Regina Spektor – Home, Before and After

Regina Spektor – Home, Before and After

vendredi 19 août 2022, par Marc


Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, vraiment, mais l’absence de ces scories fait aussi beaucoup plaisir.

Surtout que les qualités sont toujours là. A commencer par une écriture limpide mais touchant parfois à l’étrange. Sur le la belle entrée en matière de Becoming All Alone, elle va boire une bière avec Dieu. One Man’s Prayer commence comme une demande légitime d’un mec qui dévie progressivement. Un hymne pop anti-masculiniste ? C’est un peu ça et dans la forme, c’est brillant aussi.

Peut-être que la présence de John Congleton (impossible de lister ici toutes ses collaborations, il y a wikipedia pour ça) resserre le propos, proposant des formes plus compactes, voire presque synthétiques (Up the Mountain). Mais il reste tout de même beaucoup de place pour sa voix et ses mélodies (fort belle sur Through a Door par exemple) et de vraies envolées (Coin). Alors oui c’est parfois limite mais c’est à cette limite-là qu’elle donne le meilleur comme sur l’épique Spacetime Fairytale. Elle qui avait appelé un de ses meilleurs albums Soviet Kitsch arrive à rester en permanence du bon côté de cette mouvante limite tout en gardant au beau Raindrops, son air de comédie musicale.

Les fans les plus avertis (dont nous sommes pas) regretteront sans doute les versions live au piano qui existaient de morceaux comme Loveology ou Raindrops depuis bien des années mais l’amateur de base se félicitera de voir ces chansons consignées sur un impeccable album. Les listes de What Might’ve Been rappelle Laughing With, parce que les références de Régina sont souvent circulaires. Et ce huitième album ample et dénué de scories confirme tout son talent.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)