Accueil > Critiques > 2023

Camilla Sparksss – Lullabies

lundi 4 décembre 2023, par marc


Quelques semaines après l’emballant album de Peter Kernel, Barbara Lehnoff revient déjà en tant que Camilla Sparksss et on se dit qu’un bonheur n’arrive jamais seul. Parce que Brutal de l’artiste canado-suisse nous avait énormément plu. Ce successeur ne suit cependant pas du tout la lignée. Si le premier arrivait à canaliser une énergie punk pour que l’electro soit d’une intensité folle, on est clairement dans un autre univers.

D’emblée, on se remémore une des meilleures chanteuses de tous les temps, Anita Lane. On en est à ce niveau de suggestion. Cet album éminemment personnel et elle avoue avoir mis un temps infini pour le terminer, en avouant que ce n’est pas nécessairement une piste qui sera suivie dans le futur. On est pourtant très convaincus par ce court album qui nage dans les eaux dérangeantes d’une Lisa Germano. Elle en garde la façon de rester en mémoire, à communiquer cet état d’esprit étrange entre rêve et réalité, entre gimmicks entêtants et simplicité désarmante.

Il lui faut donc peu de choses pour remplir l’espace sonore, un melotron et quelques boucles suffisent à compléter la voix. Le résultat va de la ritournelle de Hanging Around au dialogue intérieur de Temper Temper Mother Nature.

Signalons aussi qu’il s’agit d’un fort bel objet qu’il a visiblement été compliqué de mettre au point. Une petite vidéo sous l’article vous épargnera une verbeuse explication. Lullabies est donc un album envoûtant pour des raisons presque opposées au génial Brutal et démontre l’étendue du talent de Barbara Lenhoff.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Camilla Sparksss – Lullabies 9 décembre 2023 11:52, par Laurent

    Quel album fascinant... Je ne pensais pas que Camilla Sparksss, que tu nous avais présentée ici (et bien malgré toi) comme une électroclasheuse un brin fanfaronne, avait ce genre de disque en elle. Il y a du Jenny Hval dans cette capacité de flottaison, cette expérimentation dans la douceur. Un vrai plaisir.

    repondre message

  • Camilla Sparksss – Lullabies 9 décembre 2023 11:54, par Laurent

    Sinon, oui en effet il y aussi et surtout du Lisa Germano, c’est tout à fait ça.

    repondre message

    • Camilla Sparksss – Lullabies 10 décembre 2023 15:17, par marc

      Elle a visiblement eu beaucoup de mal à ’accoucher’ de cet album. Elle l’avait en elle, visiblement, mais n’a pas l’air prête à renouveler l’expérience non plus.

      repondre message

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)

  • Mayuko - Songs To Whistle When Strolling Along The Abyss

    La forme est toujours très importante, elle est même au cœur d’une esthétique. Le premier album du trio Mayuko, basé à Mannheim et Berlin et formé de Michelle Cheung, Kasia Kadlubowska et Rebecca Mauch en est une belle illustration. Si les morceaux ont d’indéniables qualités, c’est leur exécution qui force l’admiration.
    De sorte que leurs mélodies parfois tortueuses ne sont jamais un frein. On sent même (...)