Accueil > Musique > 2006 > Saint Etienne : Tales from Turnpike

Saint Etienne : Tales from Turnpike

vendredi 25 août 2006, par Marc


En cas d’urgence comme un réveil difficile, j’ai sous verre à côté d’un petit marteau rouge le best-of de Saint-Etienne. Une dose d’indie-disco (la jolie étiquette que voilà) qui m’est parfois nécessaire.

Mais il faut bien avouer que le doute qui m’a étreint en écrivant cette critique c’est : dois-je publier ça ? Ne puis-je pas plutôt me contenter de ce que je connais du groupe et arrêter ici l’écoute de ces Tales from Turnpike ?

Commençons par l’argument de cet album qui est conceptuel : A day in the life d’une maison d’habitation ordinaire dans l’Angleterre d’aujourd’hui. Le contenu est donc d’importance, ce qui tranche avec la légèreté de la musique.

Ce qui est une réussite, c’est le parfait rendu d’un ennui anglais de dimanche après-midi pluvieux. Le spleen en effet m’envahit à l’écoute du réussi Teenage winter.

C’est souvent grâce à des choeurs qu’ils installent ce climat dépresseur. Ou est-ce uniquement chez moi que les choeurs de Sun in my morning provoquent un hérissement ? C’est un problème général et qui me concerne plus qu’eux. De même, les rythmes lounge me sont éprouvants (Side Streets, Sun in my Morning), au contraire de l’acoustique léger (Slow down at the Castle) qui use même du clavecin (électronique, faut pas exagérer non plus).

Je retrouve mieux mes marques et la voix de Sarah Cracknell sur Milk Bottle Symphony ou Lightning strikes twice. De même, ils ressortent les rythmiques ’dance’ pour nous rappeler qu’il s’agit bien d’eux (A good thing). Mais ils ont déjà servi ce plat tellement de fois... On a même droit à de la disco (Stars above us est quand même difficile à écouter en entier).
Un bon album avec de vraies idées dedans ne se conçoit pas sans un morceau instrumental dedans (The Birdman of EC1). Pas de bol, je déguste du Mogwai à haute dose pour le moment (voire critique par ailleurs) et ceci est trop léger, joli dans l’acception la moins aimable du terme.

Pourquoi passer autant de temps à expliquer qu’on a peu à dire sinon qu’on ne le réécoutera pas ? C’est un des mystères insondables de la critique. J’espère cependant que je n’aurai pas découragé les amateurs de choses jolies et tranquilles de se plonger dans cet album qui comporte aussi un bonus plus champêtre (Up the Wooden Hill). (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)