Accueil > Critiques > 2008

Marc Romboy - Contrast

samedi 21 juin 2008, par Seb


Arrive l’été et son lot d’albums pour les festivals, on retrouve donc Marc Romboy avec son 2ème album sur son propre label Systematic Records. Au menu l’allemand nous réserve beaucoup de collaborations vocales telles que Chelonis R Jones, Blake Baxter et Mr.K-Alexi. Alors autant être franc dès le début, j’ai toujours trouvé l’ajout de vocaux à la musique électronique discutable. Certains s’en sortent avec brio comme The Knife mais ici on assiste plutôt à un mélange de techno et de voix phrasées tendance soul, d’où peut-être le titre de l’album Contrast.

La plage d’entrée The Beat rappelle un certain Red 2 de Dave Clark avec la sagesse des années en plus. Les voix viennent remplir un espace mélodique quelque peu tiré en longueur. On note quelques réussites lorsque les voix subissent des effets mais des phrasés du type : « All day, all night, to the beat… » font un peu pitié et font plutôt tourner la sauce.
La suite, Fly Away, ressemble aux morceaux que l’ont trouvait sur les premières compilations de la Rocca. Petite mélodique catchy un peu trop simpliste qui s’éternise et lasse avant la fin.
Avis aux nostalgiques… pour les autres vous savez ce qu’il vous reste à faire.

L’album est en effet composé de 10 morceaux en version long play (comptez 7 bonnes minutes en moyenne à un volume raisonnable) et qui paraissent tirer sur la longueur. Et oui, tout le monde ne peut pas se permettre comme Trentemoller de tenir en haleine un public avec un seul track pendant 8 minutes.
Deux tracks sortent néanmoins, leur épingle du jeu, Karambolage et Sonora qui renouent avec les progressions harmoniques lentes et ravageuses, sans voix svp, telles qu’on pouvait l’entendre lors de ses heureuses collaboration avec Stephan Bodzin (Ecoutez Callisto, Atlas ou Ariel pour vous en convaincre). Evidemment pas question de faire une copie de ces duos dans un album solo mais cet exercice est à double tranchant et fait donc ressortir les points forts comme les faiblesses.

Elif vient clore la marche de manière ambient, teinté d’un saxo du plus bel effet et nous réconcilie un peu avec Marc mais le bilan reste néanmoins mitigé. Bref à découvrir si vous êtes vraiment fan du genre.

Une initiation rapide est possible sur son myspace avec un megamix de l’albumici.

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)