Accueil > Musique > 2008 > Marc Romboy - Contrast

Marc Romboy - Contrast

samedi 21 juin 2008, par Seb


Arrive l’été et son lot d’albums pour les festivals, on retrouve donc Marc Romboy avec son 2ème album sur son propre label Systematic Records. Au menu l’allemand nous réserve beaucoup de collaborations vocales telles que Chelonis R Jones, Blake Baxter et Mr.K-Alexi. Alors autant être franc dès le début, j’ai toujours trouvé l’ajout de vocaux à la musique électronique discutable. Certains s’en sortent avec brio comme The Knife mais ici on assiste plutôt à un mélange de techno et de voix phrasées tendance soul, d’où peut-être le titre de l’album Contrast.

La plage d’entrée The Beat rappelle un certain Red 2 de Dave Clark avec la sagesse des années en plus. Les voix viennent remplir un espace mélodique quelque peu tiré en longueur. On note quelques réussites lorsque les voix subissent des effets mais des phrasés du type : « All day, all night, to the beat… » font un peu pitié et font plutôt tourner la sauce.
La suite, Fly Away, ressemble aux morceaux que l’ont trouvait sur les premières compilations de la Rocca. Petite mélodique catchy un peu trop simpliste qui s’éternise et lasse avant la fin.
Avis aux nostalgiques… pour les autres vous savez ce qu’il vous reste à faire.

L’album est en effet composé de 10 morceaux en version long play (comptez 7 bonnes minutes en moyenne à un volume raisonnable) et qui paraissent tirer sur la longueur. Et oui, tout le monde ne peut pas se permettre comme Trentemoller de tenir en haleine un public avec un seul track pendant 8 minutes.
Deux tracks sortent néanmoins, leur épingle du jeu, Karambolage et Sonora qui renouent avec les progressions harmoniques lentes et ravageuses, sans voix svp, telles qu’on pouvait l’entendre lors de ses heureuses collaboration avec Stephan Bodzin (Ecoutez Callisto, Atlas ou Ariel pour vous en convaincre). Evidemment pas question de faire une copie de ces duos dans un album solo mais cet exercice est à double tranchant et fait donc ressortir les points forts comme les faiblesses.

Elif vient clore la marche de manière ambient, teinté d’un saxo du plus bel effet et nous réconcilie un peu avec Marc mais le bilan reste néanmoins mitigé. Bref à découvrir si vous êtes vraiment fan du genre.

Une initiation rapide est possible sur son myspace avec un megamix de l’albumici.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)