Accueil > Critiques > 2008

Marc Romboy - Contrast

samedi 21 juin 2008, par Seb


Arrive l’été et son lot d’albums pour les festivals, on retrouve donc Marc Romboy avec son 2ème album sur son propre label Systematic Records. Au menu l’allemand nous réserve beaucoup de collaborations vocales telles que Chelonis R Jones, Blake Baxter et Mr.K-Alexi. Alors autant être franc dès le début, j’ai toujours trouvé l’ajout de vocaux à la musique électronique discutable. Certains s’en sortent avec brio comme The Knife mais ici on assiste plutôt à un mélange de techno et de voix phrasées tendance soul, d’où peut-être le titre de l’album Contrast.

La plage d’entrée The Beat rappelle un certain Red 2 de Dave Clark avec la sagesse des années en plus. Les voix viennent remplir un espace mélodique quelque peu tiré en longueur. On note quelques réussites lorsque les voix subissent des effets mais des phrasés du type : « All day, all night, to the beat… » font un peu pitié et font plutôt tourner la sauce.
La suite, Fly Away, ressemble aux morceaux que l’ont trouvait sur les premières compilations de la Rocca. Petite mélodique catchy un peu trop simpliste qui s’éternise et lasse avant la fin.
Avis aux nostalgiques… pour les autres vous savez ce qu’il vous reste à faire.

L’album est en effet composé de 10 morceaux en version long play (comptez 7 bonnes minutes en moyenne à un volume raisonnable) et qui paraissent tirer sur la longueur. Et oui, tout le monde ne peut pas se permettre comme Trentemoller de tenir en haleine un public avec un seul track pendant 8 minutes.
Deux tracks sortent néanmoins, leur épingle du jeu, Karambolage et Sonora qui renouent avec les progressions harmoniques lentes et ravageuses, sans voix svp, telles qu’on pouvait l’entendre lors de ses heureuses collaboration avec Stephan Bodzin (Ecoutez Callisto, Atlas ou Ariel pour vous en convaincre). Evidemment pas question de faire une copie de ces duos dans un album solo mais cet exercice est à double tranchant et fait donc ressortir les points forts comme les faiblesses.

Elif vient clore la marche de manière ambient, teinté d’un saxo du plus bel effet et nous réconcilie un peu avec Marc mais le bilan reste néanmoins mitigé. Bref à découvrir si vous êtes vraiment fan du genre.

Une initiation rapide est possible sur son myspace avec un megamix de l’albumici.

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)