Accueil > Musique > 2008 > Black Kids - Partie Traumatic

Black Kids - Partie Traumatic

jeudi 24 juillet 2008, par Marc

Avis aux consommateurs


On pensait avoir tout vu et entendu de la part des groupes qui se réclament des années ’80. Donc, deux ans après la réappropriation d’un pan du post-rock, ceux qui suivent de loin comme les Black Kids sont prêts à nous refourguer tout leur arsenal vintage. Mais loin de la fièvre du premier Bloc Party (la voix y fait parfois penser), de la noirceur héroïque des Editors ou Interpol, c’est dans des eaux moins transparentes que se complait le quatuor.

Il ne faut pas se laisser endormir par le début qui n’est pas décourageant. Certes, la transition avec tout ce que vous pourrez lire par ailleurs sur ce site n’est pas assurée, mais bon, c’est léger. Il faudra attendre le quatrième titre pour que le désenchantement pointe le bout de son nez. Hurricane Jane sent le sous-Lloyd Cole sans le talent d’écriture. Pour ceux qui ont supporté Prefab Sprout et autres, c’est sans doute supportable mais le style du refrain mettra tout le monde d’accord contre lui. Passe encore la fausse soul blanche, mais la bouture avec un hymne de stade ne prend pas. I’m Making Eyes at You est aussi amusant, si vous êtes de bonne humeur et que pour vous A-Ha est un gage de rigolade.

Dans le simili-Cure du milieu des eighties, on a déjà eu aux Suédois de Shout Out Louds qui en arrivent parfois presque au décalque mais s’en tirent gnéralement bien. Ici, le single I’m Not Gonna Teach Your Boyfriend How To Dance est plutôt réussi mais l’imitation des tics vocaux de Robert Smith (les toutoutou de la fin) est trop littérale pour dénoter la moindre personnalité. Sorti de ses compagnons d’albums, il pourrait vous donner une fausse envie de vous y frotter. Les sons de synthé surannés, la voix affectée par pur tic, le pompeux du traitement, la lourdeur des arrangements, les breaks éculés, on frise tellement le sans-faute kitsch qu’on se surprend à penser au canular sur Look At Me When I Rock Witchoo par exemple.

Ils évoluent dans cette zone grise entre la variété internationale (la volonté de plaire à tout prix) et des références plus aventureuses. A ce titre, c’est un pendant des Killers. Avec la folle ambition en moins. On se rend compte d’ailleurs que la puissance de ces derniers leur sauve quand même la mise.

Nous avons pris l’habitude de soigneusement chercher nos albums parmi ce qui est susceptible de nous plaire. Mais de temps à autres on tombe sur des arnaques en bonne et due forme comme cette tentative d’imposer une resucée d’une variétoche honteuse d’il y a vingt ans. S’il comporte bien occasionnellement un bon titre, ce premier album sent trop l’opportunisme et manque de l’indispensable étincelle qui pourrait rendre ce brouet sympathique.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)