Accueil > Musique > 2008 > Big Blue Ball

Big Blue Ball

lundi 22 septembre 2008, par Fred

Voyages immobiles


Big Blue Ball c’est avant tout un projet. Un projet vieux de près de 18 ans qui est le résultat de 3 semaines de rencontres et de création dans le "Real world Studio" de Peter Gabriel qui eurent lieu durant les étés 91, 92 et 95.
Le projet avait pour but de rassembler les musiques/ les musiciens du monde en un endroit pour les faire se mélanger.
D’où le nom du projet Big Blue Ball, qui fait référence à l’appellation donnée par les astronautes à la terre vue de l’espace.

La fourchette d’artiste est donc le premier élement de ce disque. On citera entre autres : Peter Gabriel, Billy Cobham, Manu Katché, Karl Wallinger, Papa Wemba, Sinead O’Connor, Natacha Atlas, le guitariste flamenco Juan Canizares, Joseph Arthur, Afro Celts James McNally and Iarla Ó Lionáird, Japanese percussionist Joji Hirota, Jah Wobble, gospel group The Holmes Brothers, Justin Adams, Francis Bebey, Tim Finn, Marta Sebestyen, guitarist Vernon Reid, ... (ne vous inquiétez pas, je ne les connais pas tous non plus, le dossier de presse m’a aidé)

Ainsi ces 3 semaines de création et d’enregistrement effrénées (ndr : allez lire les anecdotes d’enregistrement sur le site du projet) ont permis de rassembler un quantité de matériel énorme, qu’il a fallu tout d’abord trier et classer ; la frénésie de la création de ces sessions ne s’étant pas encombré d’étiquetage....
Ensuite plusieurs années furent nécessaire pour parachever la production avant d’arriver à cette sortie : les morceaux bruts furent édités et parfois réarrangés,... C’est le producteur Stephen Hague qui se chargea de ce travail titanesque.

Comme on peut s’y attendre les atmosphères sont forts variées, allant de la pop, au hip hop (Jijy), aux musiques celtiques, africaines (Forest), arabisantes (Habibe) et asiatiques.
Les mélanges sont intéressants et agréables.
La production de l’ensemble étant très cohérente, elle gomme les transitions. On a ainsi l’impression de faire une tour du monde en une heure.

Peter Gabriel prête sa voix à 3 morceaux. Les fans seront donc heureux de retrouver quelques pièces encore inconnues.
L’Americain Joseph Arthur chante lui sur deux plage, de même que l’Irlandaise Sinnead O’Connor.

Dans cet ensemble, on signalera quelques plages qui se distinguent :
Altus Silva, aux rythmiques réminiscentes de Us, étonne d’abord car ce n’est pas Gabriel qui chante mais bien Joseph Arthur. Choix judicieux, la voix rauque de l’américain collant parfaitement à l’atmosphère et ce dernier utilisant une palette intéressante.
Ensuite, le refrain prend des accents celtes par l’addition de chants et de cornemuse. La musique évoque dés lors de images de hautes terres battues par les vents....

Shadow est quant à elle une pièce hispanisante où les guitares ont la part belle. Je ne suis pas acheteur en tant normal mais là, c’est bien exécuté et ça donne une note de couleur à l’ensemble.

Whole Thing et Burn you up, burn you down, méritent d’être signalés simplement parce que ce sont les morceaux sur lequel Peter Gabriel chante et qu’il est bon. Si vous avez aimé So et Us, ceux-ci devraient vous plaire.

Album concept, projet multiculturel, réalisation de Real World Records, Big Blue Ball est au final une belle réussite humaine et musicale.
Si vous ne souhaitez pas mourir idiot en croyant que la world music se limite aux compilations "Bouddha Bar", vous pouvez ajouter Big Blue Ball à votre liste de courses.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)