Accueil > Critiques > 2008

Orouni - Jump out the window

mercredi 1er octobre 2008, par Fred

Bonne surprise


Orouni, dont on vous a déjà parlé, revient avec un second album sorti sur le label français indépendant MonsterK7.
Il nous propose à nouveau sa pop-folk anglais gaie, rêveuse et naïve.

Le postulat de base pour aborder la musique d’Orouni est le suivant : les paroles seront en anglais, même si parfois l’accent ne suivra pas et révèlera les origines hexagonales du chanteur (Panic at the Beehive).
Cette caractéristique vous interpellera peut-être lors des premières écoutes mais une fois ce postulat accepté , il ne vous choquera plus et vous pourrez alors vous concentrer sur ce qui compte vraiment, les chansons.

Et pour le coup, elles sont plutôt bonnes.
Les mélodies sont sympa, travaillées et authentiques, les accompagnement de très bon goût, tout en sachant tenir leur place :
Les cordes sur The Only picture I’ve got sont somptueuses et s’harmonisent parfaitement avec la guitare. L’atmosphère oppressante sur le bridge évoquera le travail d’autres français chantant en anglais, Goo goo blown.

Par contre, on pourrait apprécier plus de variété dans le chant, ce qui semble être le seul reproche qu’on puisse adresser à Orouni. L’intonation a beau être douce et fragile, sa monotonie peut représente un risque, un peu à la manière d’un Vincent Delerm.
Ce risque n’est cependant pas généralisé. Le chant sur Tyrant’s Yoke n’en souffre pas et le résultat est en fait un morceau de choix.
De même, la voix sur The Only picture I’ve got est soignée.

De plus, sur cet album Ourini n’est plus un homme seule ; Il a été rejoint par les voix féminines de Mlie et Mina Tindle, qui apportent une bouffée d’air frais à quelques titres (Stomach Attack).

Perfume conspiracy profite largement de ces voix. Le mélange de graves et d’aigus et les accords de guitare délicats en fait une superbe balade.
On ne manquera pas de noter la ressemblance avec la voix bien connue d’une Feist. L’accompagnement minimaliste ( quelques guitares, un tambourin - et un xylophone ?) met judicieusement en évidence le chant et les harmonies.

Panic at the Beehive, plage titulaire, bénéficie également de ces accords vocaux.
Air Hostess on a mission, fidèle à son titre nous fait voyager avec des accords ’bossa" sur le couplet, rattrapés par un refrain aux harmonies pop anglaise.

Bon, évidemment, cet album présente également quelques points plus ternes : A story of a ladder, tout d’abord léthargique, bascule dans un strumming de guitare à tempo ascendant sans grand intérêt. Moneylenders quant à lui parrait moins abouti que les autres plages et touche donc moins (ndlr - ou alors, je suis complètement passé à côté).

Le constat général est dès lors fort positif : On reconnaitra de superbes qualités à Orouni en terme de composition, d’arrangement et d’originalité par rapport à la scène musicale française "mainstream".
On lui souhaitera seulement de développer encore plus sa palette vocale à l’avenir ou de renouveller des collaborations fructueuses.

Vous voulez vous faire votre propre idée :
Le site officiel d’Orouni
Son Myspace

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)