Accueil > Musique > 2008 > Orouni - Jump out the window

Orouni - Jump out the window

mercredi 1er octobre 2008, par Fred

Bonne surprise


Orouni, dont on vous a déjà parlé, revient avec un second album sorti sur le label français indépendant MonsterK7.
Il nous propose à nouveau sa pop-folk anglais gaie, rêveuse et naïve.

Le postulat de base pour aborder la musique d’Orouni est le suivant : les paroles seront en anglais, même si parfois l’accent ne suivra pas et révèlera les origines hexagonales du chanteur (Panic at the Beehive).
Cette caractéristique vous interpellera peut-être lors des premières écoutes mais une fois ce postulat accepté , il ne vous choquera plus et vous pourrez alors vous concentrer sur ce qui compte vraiment, les chansons.

Et pour le coup, elles sont plutôt bonnes.
Les mélodies sont sympa, travaillées et authentiques, les accompagnement de très bon goût, tout en sachant tenir leur place :
Les cordes sur The Only picture I’ve got sont somptueuses et s’harmonisent parfaitement avec la guitare. L’atmosphère oppressante sur le bridge évoquera le travail d’autres français chantant en anglais, Goo goo blown.

Par contre, on pourrait apprécier plus de variété dans le chant, ce qui semble être le seul reproche qu’on puisse adresser à Orouni. L’intonation a beau être douce et fragile, sa monotonie peut représente un risque, un peu à la manière d’un Vincent Delerm.
Ce risque n’est cependant pas généralisé. Le chant sur Tyrant’s Yoke n’en souffre pas et le résultat est en fait un morceau de choix.
De même, la voix sur The Only picture I’ve got est soignée.

De plus, sur cet album Ourini n’est plus un homme seule ; Il a été rejoint par les voix féminines de Mlie et Mina Tindle, qui apportent une bouffée d’air frais à quelques titres (Stomach Attack).

Perfume conspiracy profite largement de ces voix. Le mélange de graves et d’aigus et les accords de guitare délicats en fait une superbe balade.
On ne manquera pas de noter la ressemblance avec la voix bien connue d’une Feist. L’accompagnement minimaliste ( quelques guitares, un tambourin - et un xylophone ?) met judicieusement en évidence le chant et les harmonies.

Panic at the Beehive, plage titulaire, bénéficie également de ces accords vocaux.
Air Hostess on a mission, fidèle à son titre nous fait voyager avec des accords ’bossa" sur le couplet, rattrapés par un refrain aux harmonies pop anglaise.

Bon, évidemment, cet album présente également quelques points plus ternes : A story of a ladder, tout d’abord léthargique, bascule dans un strumming de guitare à tempo ascendant sans grand intérêt. Moneylenders quant à lui parrait moins abouti que les autres plages et touche donc moins (ndlr - ou alors, je suis complètement passé à côté).

Le constat général est dès lors fort positif : On reconnaitra de superbes qualités à Orouni en terme de composition, d’arrangement et d’originalité par rapport à la scène musicale française "mainstream".
On lui souhaitera seulement de développer encore plus sa palette vocale à l’avenir ou de renouveller des collaborations fructueuses.

Vous voulez vous faire votre propre idée :
Le site officiel d’Orouni
Son Myspace

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)