Accueil > Musique > 2009 > The Antlers - Hospice

The Antlers - Hospice

vendredi 20 mars 2009, par Marc

Emotion enfouie


Même si vous êtes déjà au courant, le site listen2fight est sans doute une des façons les plus efficaces de découvrir des groupes. J’ai beau faire partie de l’équipe, il m’arrive vraiment souvent de rencontrer des discographies par ce biais. C’est donc là-bas que j’ai découvert l’existence de The Antlers, alors que l’album était toujours en gestation. Et quand dans un commentaire sur notre site, le presqu’infaillible Laurent criait son enthousiasme, on sait que si le risque zéro n’existe pas, celui d’aversion face à cet Hospice était très faible. J’aime à penser que je ne suis pas aussi prévisible mais là encore, j’ai suivi le mouvement.

Premier contact avec le groupe, une voix de tête très délicate, encore plus aigue que par exemple celles de type Band Of Horses, My Morning Jacket et autres. On pense aussi à celle de Patrick Watson quand elle monte dans les aigus (dans ses collaborations avec The Cinematic Orchestra, ce genre). Mais là n’est pas l’essentiel puisque le chant est placé un peu en arrière, en retrait de sons qui rendent le tout un peu opaque, éthéré. On peut parler d’une forme paradoxale de dream-pop avec les mêmes brouillards de guitare qui ne sont pas ceux des murs shoegaze mais plus proches du drone sur Thirteen. Pour les lecteurs moins ferrés en étiquettes, on dira qu’il s’agit de sons distordus mais pas identifiables, probablement issus de guitare et pas soutenus par une rythmique.

On a affaire à une esthétique indie de ce point de vue. Pas par rapport à la propreté du son, mais par la distance. Pour prendre un exemple dans les crève-cœurs, on est parfois proches de The Veils (avis aux amateurs, l’album arrive à grands pas) pour cette propension à ne pas être décharné avec juste une voix et une guitare (Epilogue) mais on s’en éloigne souvent pour naviguer dans les eaux de certains Archive de l’époque You All Look The Same To Me, (c’est flagrant avec les sons de clochettes de Bear), avec en plus une voix plus en retrait dans le mix. Le tout est donc moins immédiatement viscéral, même si on n’est pas à l’abri d’une explosion qui coupe le souffle sur Sylvia.

Autre motif de satisfaction, les mélodies sont souvent imparables (Bear et Epilogue qui partagent la même), et peuvent subir sans altération toutes les montées (Two)

D’une manière générale, les mélanges fonctionnent bien. Que ce soit celui de la délicatesse et de la recherche sonore, celui d’une voix détachée et de chœurs (le début de Wake) ou encore la conjonction de calme et d’éruption. Un peu comme chez le dernier The Notwist pour un résultat différent. On touche en effet ici au pur ressenti, à la différence subtile entre un groupe vraiment arrache-cœur et l’émo le plus biesse. Et encore une fois, c’est l’intensité qui fait la différence et il est indéniable qu’elle est présente.

Malgré toute la délicatesse, je sentais que j’avais été moins touché que j’aurais pu. Et puis ça m’est apparu comme une évidence. Alors qu’un groupe comme, disons, Shearwater, est prévu pour vous exploser à la face en n’importe quelle circonstance, ceci réclame plus d’attention. Hospice ne s’impose pas vraiment, il faut aller le chercher. L’origine du phénomène est sans doute à chercher du côté de la texture du son, faisant la part belle à des ambiances cotonneuses reposant sur des sons électroniques. C’est surtout manifeste sur un morceau comme Atrophy. Mais c’est aussi ce qui fait la singularité de ce groupe attachant que je vous recommande à mon tour.

On vit une époque formidable : l’album est écoutable gratuitement en stream ici : http://theantlers.bandcamp.com/album/hospice.

Il y a aussi un myspace : http://www.myspace.com/theantlers

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • The Antlers - Hospice 7 décembre 2009 10:38, par Mmarsupilami

    2 décembre 2009 : Hallelujah, Les Inrocks viennent de découvrir The Antlers !
    http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/t/1259752320/article/hospice/

    repondre message

    • The Antlers - Hospice 7 décembre 2009 20:03, par marc

      Ha ben il était temps. J’imagine qu’ils avaient attendu la sortie officielle de l’album en France. Memory Tapes découverte en juin 2010 ? Il y aura aussi un classement comique des albums de l’année. Ils nous amuseront toujours décidément...

      repondre message

      • The Antlers - Hospice 7 décembre 2009 20:31, par Laurent

        Bah, celui de l’année dernière tenait pas trop mal la route (je dis sans doute ça parce que le mien s’en rapprochait tout relativement). Si vous voulez vous marrer un bon coup, regardez le top 50 de "Q", plus anglo-centré tu meurs, où l’évidence côtoie le tout grand n’importe quoi (Cheryl Cole, Biffy Clyro, ce genre d’horreurs).

        Et puis c’est pas pour défendre à tout prix (tolérant mais pas laxiste), mais merci les Inrocks de m’avoir fait découvrir les Fitzcarraldo Sessions. Et oui, je replace encore une fois le nom : Fitzcarraldo Sessions. Ma-gis-tral ! Et Français, pour une fois... moi qui ai l’habitude de sauter toutes les chroniques où je lis "Auvergnats", "Rennais", "Nantais", "Stéphanois",... puisque, c’est John Lennon qui l’a dit : "Rock français ? Autant imaginer du vin anglais !"

        Allez, une dernière pour la route : Fitzcarraldo Sessions. Sans doute dans mon top 20 d’ici deux semaines (les 19 autres, vous les connaissez sûrement déjà).

        repondre message

        • The Antlers - Hospice 8 décembre 2009 15:23, par marc

          Le magazine anglais ’Q’ est fasciné par la réussite, qui s’exprime à l’aune du rock de stade. Donc Razorlight, Muse et Oasis sont des héros. Si on ajoute des héros pop variétoche et quelques cautions, on a forcément un mélange super hétéroclite où personne ne se retrouve. Les Inrocks sont plus difficiles à cerner, et le mélange des genres passe moins bien. Il y a deux ans, les commentaires étaient assez énervés. On peut comprendre que voir Mika trente places devant Arcade Fire peut surprendre. Et bon, Yelle, ça fait même pas rire. Et Justice... heu... Sinon, leur podcast est toujours fort bien, et c’est plutôt par ce biais-là que je découvre chez eux

          Cette année, je m’apprêtais à gentiment passer les deux semaines qui viennent à liquider ce qui traine dans mon répertoire sans faire la chasse à ce que j’ai perdu et tout en attendant des premiers mois de 2010 qui promettent (Shearwater, Spoon, Final Fantasy, Get Well Soon, Vampire Weekend, LCD Soundsystem...) mais bon, ton insistance m’a fait jeter une oreille sur Deezer. Et hop, voilà, pris dedans. C’est évidemment un peu inégal mais dans la série "venu de nulle part" c’est assez top. Etrange qu’on en ait finalement peu entendu parler au vu du casting (Calexico, Stuart Staples, Dominique A, Moriarty, Syd Matters) plutôt en accord avec la ligne (heu... quoi ?) éditoriale de ce site.

          Bon, prochaine empoignade sur les classements de fin d’année alors. Sans vainqueur franc, autant le dire tout de suite...

          repondre message

          • The Antlers - Hospice 8 décembre 2009 17:36, par Laurent

            Hé hé... Moi j’avoue aimer Justice (sur disque, parce que sur scène, mouais), et avoir l’album de Yelle (je déballe tout), qui ne me fait pas rire mais m’a bien fait danser (seul, parce qu’effectivement je ne partage pas ce plaisir coupable avec grand-monde). Bon, Mika, c’est l’archétype du consensus mou auquel je ne me rangerai pas de si tôt. Et leur podcast, euh... non, pas trop en fait.

            Pas non plus de grand vainqueur pour 2009 (mais l’année dernière aussi, car il y avait une très haute première marche au podium et plusieurs sérénissimes dessus). Je pense que DM Stith et Bat for Lashes tâteront du haut du panier. C’est en préparation et c’est placé sous le signe de l’étiquette, je vous transmettrai ça.

            repondre message

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)