Accueil > Musique > 2009 > The Dodos - Time To Die

The Dodos - Time To Die

vendredi 4 septembre 2009, par Marc

Baladons-nous à la limite


C’est surtout une performance exceptionnelle au Pukkelpop, où le public les a applaudis longtemps après le concert, qui m’a donné la dimension des Dodos. Parce que le bon album Visiter m’avait vraiment plu par à-coups sans me convaincre d’être un des albums de l’année. Mais je ne pouvais pas laisser passer la nouvelle livraison de ceux qui se sont méritoirement imposés comme incontournables dans le petit monde des passionnés de musique hors des sentiers trop battus.

Le concept de base des Dodos est certes préservé sur ce Time To Die mais un peu dévoyé. Sans doute l’incorporation définitive au line-up (deux personnes à la base) du vibraphoniste présent aux concerts (voir ici) y est-elle pour quelque chose. J’imagine que quelques-uns regretteront l’aspect un peu débridé mais je ne suis pas du nombre. Small Deaths est en tous cas parfaitement à sa place. On y retrouve un peu tout ce qui a fait leur succès, avec un bridge instrumental assez convaincant.

D’ailleurs, on retrouve ces ingrédients qui ont fait leur succès d’estime. Sur Longform par exemple, on a le traditionnel passage instrumental, toujours intéressant. Un emballement pas trop hystérique, soutenu par une batterie qui martèle de façon uniforme. Ces montées d’intensité qui font plaisir à entendre mais qui sont plus des promesses de concerts intéressants que des claques immédiates. D’ailleurs, la batterie, qui est un des éléments irrésistibles en concert pour son abattage réjouissant, est ici parfois un peu éreintante (Fables). Sa simplicité lasse donc sur la longueur. Pour le reste, on notera simplement un peu de cuivres (The Strums).

Ce qui m’a surpris, c’est de penser à une version feu de camp énervée des Shins. C’est la voix qui me fait dire ça, en plus d’un sens de la mélodie faussement difficile mais diablement catchy (Fables est exemplaire à ce niveau) La bande de James Mercer n’est quand même pas un point de repère évident a priori, surtout que c’est quand le morceau est d’abord plus dépouillé que c’est le plus plus flagrant (The Strums).

Avec l’air de ne pas y toucher, c’est quand même un fameux jeu de guitare en picking (Acorn Factory), assez léger même si issu d’une longue tradition roots. Pas de solos en vue, juste des chorus un peu appuyés. Et le son de l’instrument qui donne tellement bien en concert est toujours particulier, qui donne tellement bien en concert.
C’est lui qui apporte le décalage avec une pop plus policée. Un morceau comme Two Medicines fonctionne spécialement bien. Et comme il échappe un peu à la structure des autres morceaux, on l’accueille avec d’autant plus de plaisir. Et si les longs morceaux font perdre en immédiateté, il faut admettre qu’il n’y a aucun morceau vraiment indigne ici.

Evidemment l’aspect ovni et l’effet de surprise ne sont plus de mise pour le retour des Dodos mais cet album, qui dénote une plus grande ambition, montre qu’ils ont trouvé une place bien à eux dans le petit monde de l’indie où l’uniformisation guette. On sent cependant qu’ils sont à la limite de leur propre concept.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • The Dodos - Time To Die 5 septembre 2009 09:51, par mmarsupilami

    On ne sait pas contribuer au sujet "play list septembre"...
    Problème ?

    repondre message

    • The Dodos - Time To Die 5 septembre 2009 12:54, par Marc

      Tes playlists étaient en attente de validation, c’est étrange. Normalement, la validation se fait a postériori...

      repondre message

      • The Dodos - Time To Die 5 septembre 2009 20:28, par mmarsupilami

        Merci !
         ;-)

        repondre message

        • The Dodos - Time To Die 6 septembre 2009 09:23, par Fred

          Tes contributions très fréquentes ont réussi à chatouiller nos filtres anti-spam.
          Félicitations !
          Ceux ci avaient apparemment mis ton message en quarantaine.
          La validation effectuée par Marc devrait désormais te classer dans la catégorie des commentateurs bienveillants.

          repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)