Accueil > Musique > 2009 > Throw Me The Statue - Creaturesque

Throw Me The Statue - Creaturesque

mercredi 9 septembre 2009, par Marc

Bricolage de luxe


A franchement parler, je ne m’attendais pas à avoir si vite des nouvelles de Throw Me The Statue. C’est que les albums bricolos et hurluberlus comme Moonbeams, on les écoute, les apprécie mais c’est rarement sur un plan de carrière qu’ils sont bâtis. On reste donc parfois sans nouvelle de leurs prolixes et discrets auteurs.

J’ai évidemment réécouté Moonbeams pour mesurer le chemin parcouru. On y entend une pop bricolo, détendue, attachante, enrichie à coups de claviers en liberté, de rythmes simplistes qui faisaient mouche. Sans doute le casting s’est-il élargi pour cet album-ci parce que les morceaux marquants ont été enrichis en discrets synthés notamment, ce qui les fait garder le cap même quand un morceau pourrait être plus anodin. Personnellement, je n’ai que rarement regretté le passage d’un boxon sympathique à des morceaux plus amples. Je ne bouderai donc pas mon plaisir surtout que l’inspiration ne s’est pas fait la malle, que du contraire. On passe donc d’une vraie pop libre et positive (Dizzy From The Fall) à des moments délicats qui fonctionnent aussi (Shade For A Shadow) ou de la luxuriance d’un Waving At The Shore à une simplicité encore de mise (Baby, You’re Bored).

Des sons de boîte à rythmes familiers interviennent dès Tag. Mais le tout est bien plus dense que par le passé. Ce morceau fait beaucoup penser aux Dodos qui nous sont d’ailleurs revenus récemment et vous trottera en tête à coup sûr. Et ils nous avaient habitués à ça mais on est toujours aussi contents de retrouver leur éclectisme car le morceau suivant n’a rien à voir. C’est un rock triste et carré. Oui ça existe et ça s’appelle Ancestors et c’est aussi ce que je préfère sur cet album. Le décalage entre la délicatesse de la voix et la fermeté du beat fonctionne en plein en tous cas, sans jamais se départir d’une certaine retenue indie dans la production. Rappelez-vous le merveilleux Sleep The Clock Around de Belle And Sebastian. D’ailleurs, je me suis aussi souvenu des Ecossais pour la délicatesse et la fragilité de la voix sur Pistols, Cannibal Rays ou Shade For A Shadow.

The Outer Folds illustre très bien cette nouvelle tendance. On est loin de la balade crapuleuse parce qu’on reste dans une simplicité de bon aloi, mais tout est impeccablement en place. Le petit banjo venant relever d’un petit riff ce grand petit morceau. La pop gentille a quand même une certaine propension à me lourder assez vite (Spinto Band, ce genre) mais ici je suis client. N’attendez pas de moi plus qu’une simple constatation sur ce coup-là.

De sympathique production, Throw Me The Statue est passé, comme son voisin de Yacht (de Portland, bon, ce sont des distances américaines quoi…), à la vitesse supérieure et a garni son bricolage touche-à-tout. Il en devient donc un conseil tout trouvé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)