Accueil > Musique > 2009 > Throw Me The Statue - Creaturesque

Throw Me The Statue - Creaturesque

mercredi 9 septembre 2009, par Marc

Bricolage de luxe


A franchement parler, je ne m’attendais pas à avoir si vite des nouvelles de Throw Me The Statue. C’est que les albums bricolos et hurluberlus comme Moonbeams, on les écoute, les apprécie mais c’est rarement sur un plan de carrière qu’ils sont bâtis. On reste donc parfois sans nouvelle de leurs prolixes et discrets auteurs.

J’ai évidemment réécouté Moonbeams pour mesurer le chemin parcouru. On y entend une pop bricolo, détendue, attachante, enrichie à coups de claviers en liberté, de rythmes simplistes qui faisaient mouche. Sans doute le casting s’est-il élargi pour cet album-ci parce que les morceaux marquants ont été enrichis en discrets synthés notamment, ce qui les fait garder le cap même quand un morceau pourrait être plus anodin. Personnellement, je n’ai que rarement regretté le passage d’un boxon sympathique à des morceaux plus amples. Je ne bouderai donc pas mon plaisir surtout que l’inspiration ne s’est pas fait la malle, que du contraire. On passe donc d’une vraie pop libre et positive (Dizzy From The Fall) à des moments délicats qui fonctionnent aussi (Shade For A Shadow) ou de la luxuriance d’un Waving At The Shore à une simplicité encore de mise (Baby, You’re Bored).

Des sons de boîte à rythmes familiers interviennent dès Tag. Mais le tout est bien plus dense que par le passé. Ce morceau fait beaucoup penser aux Dodos qui nous sont d’ailleurs revenus récemment et vous trottera en tête à coup sûr. Et ils nous avaient habitués à ça mais on est toujours aussi contents de retrouver leur éclectisme car le morceau suivant n’a rien à voir. C’est un rock triste et carré. Oui ça existe et ça s’appelle Ancestors et c’est aussi ce que je préfère sur cet album. Le décalage entre la délicatesse de la voix et la fermeté du beat fonctionne en plein en tous cas, sans jamais se départir d’une certaine retenue indie dans la production. Rappelez-vous le merveilleux Sleep The Clock Around de Belle And Sebastian. D’ailleurs, je me suis aussi souvenu des Ecossais pour la délicatesse et la fragilité de la voix sur Pistols, Cannibal Rays ou Shade For A Shadow.

The Outer Folds illustre très bien cette nouvelle tendance. On est loin de la balade crapuleuse parce qu’on reste dans une simplicité de bon aloi, mais tout est impeccablement en place. Le petit banjo venant relever d’un petit riff ce grand petit morceau. La pop gentille a quand même une certaine propension à me lourder assez vite (Spinto Band, ce genre) mais ici je suis client. N’attendez pas de moi plus qu’une simple constatation sur ce coup-là.

De sympathique production, Throw Me The Statue est passé, comme son voisin de Yacht (de Portland, bon, ce sont des distances américaines quoi…), à la vitesse supérieure et a garni son bricolage touche-à-tout. Il en devient donc un conseil tout trouvé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)