Accueil > Musique > 2009 > Black Heart Procession - Six

Black Heart Procession - Six

jeudi 15 octobre 2009, par Marc

Le vieil ami


Il est des amis comme ça. A peine ont-ils débarqué du bout du monde après une absence conséquente ou à peine revient-on de contrées lointaines qu’on a l’impression de continuer une conversation malencontreusement interrompue il y a quelques minutes. Donc malgré une absence de trois ans, le groupe de San Diego nous sort un sixième album fort opportunément appelé Six (non, ils n’aiment pas brouiller les pistes) qui nous fera assez vite retrouver nos marques.

Paradoxalement, il faut plusieurs écoutes pour apprécier de nouveau toutes les subtilités de ce groupe, alors que la familiarité s’installe tout de suite. Je suis d’ailleurs complètement passé à côté des meilleurs moments lors des premières écoutes. Et d’un autre côté, je sais qu’il est assez improbable que je réécoute ce – bon – album en entier dans l’avenir. Il faut quand même préciser qu’avec ce qu’on ingurgite comme matière musicale, ce n’est pas vraiment un critère de (non) qualité.

La matière brute de The Black Heart Procession, c’est la mélancolie, prise comme une matière friable, plastique, modelable. Ils la pétrissent dès le premier titre (When You Finish Me). Leur grande force, c’est de ne jamais être excessifs. J’ai rarement été bouleversé mais ce n’est jamais le but. C’est aussi ça l’effet de TBHP. Des groupes sombres se doivent en effet bouleverser ou sombrer dans le ridicule. Ils se situent donc dans cet entre-deux, ne cherchant pas à tout prix à tirer des émotions de l’auditeur sans non plus être anodin (et certainement pas ridicule).

Ce n’est jamais exactement primesautier mais il y a quand même des moments d’une mélancolie plus douce et, disons, enlevée, comme Witching Stone. C’est sous cette forme que leur apparent détachement se montre le plus attachant. Ils ont leur propre grammaire, avec ces voix presque systématiquement dédoublées et un piano sobre mais toujours bien emmené (Iri Sulu). Notons que l’effet de surprise n’est pas du voyage et qu’avec un peu moins d’indulgence on peut croire bien des morceaux en roue libre.

On aurait tort pourtant de conclure à l’uniformité parce qu’on passe du rock de bastingue et branque (Back To The Underground) à des vignettes bien plus intimistes (Drugs). On peut aussi y entendre un orgue que ne renieraient pas les Bad Seeds de Nick Cave (Heaven And Hell). Mais on n’y retrouve pas la morgue et l’emphase du crooner crépusculaire australien. Et quand le rock est étrangement noyé (Suicide) pour un effet vocal, ils ne sont pas sans évoquer Ghinzu.

On sait presque toujours par avance ce qu’on va trouver sur un album de Black Heart Procession et quand on y a trouvé ce qu’on cherchait, difficile de faire la fine bouche. Donc ce groupe qui est presque un label de qualité et de constance vient fort à point se rappeler à notre bon souvenir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)