Accueil > Musique > 2010 > Tindersticks - Falling Down The Mountain

Tindersticks - Falling Down The Mountain

jeudi 28 janvier 2010, par Marc

En tombant de la montagne


Rarement le qualificatif de valeur sûre est plus justement appliqué qu’aux Tindersticks. L’annonce d’un nouvel album ne provoque pas l’émoi, mais l’attente d’une nouvelle dose de morceaux mélancoliques qui s’ajouteront à la liste de ceux qu’on a aimé chez eux. On s’est même fait à l’idée qu’ils ne surpasseront jamais leurs trois premiers albums. On n’attend pas de revirement brusque de leur part, qu’ils évoluent vers une disco salace ou que Stuart Staples prenne des allures de castrat. Ils ont déjà connu de relatifs changements de cap, mais sans se départir d’une certaine classe. Après les arrache-cœurs trois premiers albums par exemple, on a pu penser qu’ils s’affadissaient. Une écoute attentive de Can Our Love permet de voir à quel point on a pu avoir tort tant la distinction en exsude par tous les pores.

Pourtant, j’avoue avoir été un peu déçu par cet album. Oh, pas la crise qui force à réévaluer, non, juste l’impression que j’aurais pu me passer de ce Falling Down The Mountain. Quand je glane des critiques à gauche et à droite (ici par exemple), je peux voir que cet avis n’est pas unanime, loin s’en faut.

Keep You Beautiful est un morceau répétitif comme on a pu en entendre sur les albums solo de Stuart Staples. Je veux bien que ce soit un pur morceau d’ambiance, mais il manque quand même un peu d’enjeu, tout comme les agréables instrumentaux Hubbard Hills et Piano Music. Il manque sans doute un morceau comme Boobar sur le précédent The Hungry Saw ou tout morceau débordant d’émotion d’une manière générale. On épinglera quand même un bon She Rode Me Down un peu ‘Tindersticks au Far-West’ ainsi qu’un Factory Girls qui m’a séduit par la sobriété de son piano triste. Dans un contexte plus relevé il apparaitrait comme un morceau de transition alors qu’ici on l’accueille avec bienveillance.

Black Smoke est le morceau qui a priori devrait le plus décoller, mais il m’a laissé sur le côté. De même, Stuart Staples retient moins sa voix sur Harmony Around My Table mais les chœurs sont trop gentils pour l’exercice. Le moins bon pour moi étant les paroles un peu mièvres du dialogue de Peanuts. Il reste le spleen, la voix unique, mais qui ne convient pas à cette fantaisie et le décalage est pour moi loupé, voire irritant.

Dans leur longue discographie, celui-ci passera pour un coup pour rien ou comme une amorce de déclin selon la suite qui sera donnée à ce Falling Down A Mountain. Le fait est qu’au regard de ce qu’ils ont fait ou que d’autres proposent dans le registre de la pop soignée un peu crépusculaire, ceci est nettement un ton en dessous. Evidemment, le mauvais goût est une fois pour toutes banni chez eux mais je suis quand même un peu resté sur ma faim.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Tindersticks - Falling Down The Mountain 29 janvier 2010 22:28, par le cousin de la reine de trèfle

    Avis partagé ..... un peu déçu à la première écoute , mais c’est pour le moment la SEULE écoute, alors , à revoir ...
    En tout cas TINDERSTICKS est toujours en marge du marécage ;
    et la classe , la permanence
    j’aimerai tant voir sur scène !
    bonne année de bonnes musiques à tous

    repondre message

    • Tindersticks - Falling Down The Mountain 1er février 2010 21:48, par Marc

      En effet, Tindersticks en live, c’est la grande classe. J’espère que tu pourras les voir. Ca me fait penser que je dois encore acheter des places d’ailleurs...
      Bonne année à toi aussi

      repondre message

      • Tindersticks - Falling Down The Mountain 3 novembre 2010 16:35, par mmarsupilami

        J’écoute ceci bien tard. Et je suis d’autant plus déçu que je trouvais le premier morceau très prometteur...

        Et puis, c’est du Tindersticks. Donc, bon.
        Mais, bon, est-ce suffisant ?

        repondre message

        • Tindersticks - Falling Down The Mountain 3 novembre 2010 17:12, par Marc

          Un Tindersticks en petite forme est toujours bon en effet, mais pas au point d’être réécouté.

          repondre message

          • Tindersticks - Falling Down The Mountain 13 novembre 2010 12:49, par le cousin de la reine de trêfle

            concert de TINDERSTICKS au TDA de ROUEN, ce 11 novembre : je l’avais tant attendu ! (et visiblement je n’étais pas le seul ...) sompteux, idéalement mélancolique, un triomphe mérité ... Beaucoup de respect pour le public (ce fut donc réciproque ), un grand moment, comme ceux vécus avec WOVEN HAND, LISA GERMANO, TINY VIPERS, NEIL YOUNG ...

            repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)