Accueil > Musique > 2010 > Nedry - Condors

Nedry - Condors

lundi 22 février 2010, par Laurent

Apesanteur matérialisée


Saluons d’emblée le flair de Mmarsupilami, qui avait chroniqué le présent opus en avant-première, suscitant un buzz intergalactique autour de sa sortie toute fraîche. Enfin, presque : il s’agirait manifestement d’une réédition, soutenue par l’obscur label Monotreme et orchestrée, pour tout dire, encore bien discrètement, les disquaires ne se bousculant pas pour le placer en tête de gondole. Résultat, on se refile la version physique sous le manteau sur les sites de vente en ligne – c’est ce qu’on appelle un secret bien gardé.

Pourtant, la recette n’a rien de très mystérieux : deux bruiteurs occidentaux s’acoquinant avec une vocaliste japonaise, on pense forcément à Blonde Redhead. Si ce n’est qu’ici, le bidouillage sonore emprunte une piste dubstep, dont on sait friands les fans de rock chercheur depuis l’adoubement de Burial. Cela dit, dès qu’Ayu Okakita pousse la chansonnette – en anglais – on se verrait plutôt replongé une bonne décennie en arrière, lorsque Björk se voulait "Homogenic" et qu’Emiliana Torrini prêtait ses cordes vocales à Gus Gus. Des références 100% scandinaves, parfaitement ; cette tendance se confirme tout au long de l’album, tant l’organe sauvage de la Japonaise – contrepoids essentiel à la musique bétonnée de Nedry – rappelle d’autres voix baladeuses des forêts du grand nord, Under Byen en tête.

Le pouvoir de fascination qu’Okakita serait capable d’exercer même a cappella, encore faut-il le décupler quand on l’associe à des instrumentations aussi percutantes que le beat malsain d’A42 ou l’apesanteur matérialisée sur Swan Ocean. Un titre comme Scattered, avec son tempo traître et ses décharges d’électricité statique, se suffit d’ailleurs très bien à lui-même. On ne sait d’où vient exactement leur nom, mais Nedry est une anagramme bien trop évidente de ‘nerdy’ pour ne pas songer au nombre d’heures que ces programmateurs un brin chtarbés ont dû passer devant leurs machines pour produire quelque chose d’aussi précis dans la syncope, d’aussi pointilleux dans le délire (Condors, la chanson, a dû être composée en état de transe). Le tout avec un savoir-faire mélodique qui laisse pantois.

Abandonnant régulièrement le format chanson au profit d’écarts de conduite salutaires (la magnifique et édifiante Apples & Pears), le groupe se construit définitivement un univers à part, à la fois lumineux et inquiétant. Très court (8 titres, une demi-heure), sans le moindre temps mort, ce premier album dévoile déjà l’étendue – qu’on espère partielle – d’un talent collectif virtuellement prêt à dominer la décennie à venir. Encore faudra-t-il que le secret soit trahi, et c’est bien tout le mal qu’on leur souhaite.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • Nedry - Condors 23 février 2010 11:52, par Benjamin F

    Mine de rien, sans l’article de Mmarsupilami, je ne sais pas quand est-ce que je l’aurai découvert... :)

    repondre message

    • Nedry - Condors 23 février 2010 22:10, par Laurent

      Aberrant en effet qu’un objet sonore de cette envergure et porteur d’un tel potentiel passe aussi inaperçu. Bon, on commence à pouvoir se le procurer plus facilement mais il a vraiment été difficile à dégoter pendant un bon moment. Question de temps, peut-être, avant que le monde succombe. Thom Yorke va probablement annoncer bientôt que c’est son nouveau groupe préféré, et la machine sera lancée ! ;)

      repondre message

      • Nedry - Condors 23 février 2010 23:18, par Gaston, Mselle Jeanne et Jules de Chez Smith en Face

        On avait fait confiance à Marsupilami !
        C’est qui ça, Thom Yorke ?

        repondre message

  • Skream - Outside The Box

    Maître ès dialectes
    Le dubstep fait peau neuve, et des formes mutantes d’une belle variété sont en train d’enrichir le genre pour mieux séduire les fans de rock qui n’en connaissent que la part émergée. Partis de Burial sur les bons conseils de quelques oreilles exigeantes, ils se délecteront tout autant des blips poisseux de Mount Kimbie, jaugeront le potentiel putassier de Rusko ou apprécieront la largeur de la palette de Skream.
    Né Oliver Jones, le DJ est sorti de son garage du South London avec (...)

  • Flying Lotus - Cosmogramma

    Si ta tata tond ton tonton...
    Lorsque, il y a trois ans, on découvrait Flying Lotus via son premier EP pour la maison Warp – décidément toujours aussi perspicace – on se disait qu’on était en train d’écouter la musique du futur. Rarement, avant le jeune Steve Ellison et ce “Reset”, on avait entendu fusion si dense et cohérente d’électro lancinante, de dubstep et de nu-jazz. L’incrustation du jazz dans l’électro n’est, en soi, pas forcément dépaysante pour les amateurs, depuis son versant le plus mélodique (...)

  • Two Fingers - Two Fingers

    Un bon coupe-faim
    Les projets d’Amon Tobin sont toujours très attendus par les aficionados des travaux du magicien du sample. Après avoir compléter un cycle avec son dernier album Foley Room, et être ainsi passer en quelques ouvrages de challenger au titre de grand maître de la musique électronique au sens large, on voyait difficilement comment il allait pourvoir se renouveller. Rapidemment est venue la nouvelle de ce projet TwoFingers, une collaboration d’Amon Tobin avec Doubleclick, producteur (...)

  • The Qemists - Join The Q

    Join the Q or not !
    Paradoxalement, pour trouver de quoi abreuver nos oreilles, on se réfère la plupart du temps aux mêmes sources, ce qui fait qu’on tourne assez vite en rond. Pour ma part, ayant souvent été fort secoué par les sorties des labels Ninja Tune et Warp, les sites de ces labels font souvent l’objet d’une visite. C’est ainsi que j’ai découvert The Qmists il y a quelque temps déjà et retenu leur nom. Juste leur nom, car si les signes étaient prometteurs, les morceaux n’étaient pas d’une (...)