Accueil > Musique > 2010 > Grinderman - Grinderman 2

Grinderman - Grinderman 2

dimanche 10 octobre 2010, par Marc

Le bruit est un gadget


A l’instar d’un Neil Young dont la carrière bascule sans cesse de l’acoustique à l’électrique, Nick Cave veut exprimer les deux versants de sa personnalité. Plus qu’une tentative de ressusciter l’esprit frondeur (et presqu’inécoutable, soyons honnêtes) des sulfureux Birthday Party, on peut voir dans cette formation le versant plus âpre des aspirations de l’Australien, l’autre étant cette habilité jamais prise en défaut à jouer les crooners crépusculaires. Fort bien. A l’époque d’ailleurs, j’avais été emballé par la verve du premier album de Grinderman, même si cet enthousiasme ne s’est pas manifesté par des écoutes depuis la publication de l’article.

Je tiens d’ores et déjà à dire que j’ai plus que du respect pour Nick Cave, c’est une admiration franche et massive pour la sa carrière et des disques qui m’ont vraiment renversé à l’époque. A relire la liste de ses albums avec les Bad Seeds, on peut sans doute voire poindre un peu de répétition ou de lassitude ça et là, mais c’est une discographie métal précieux massif. Vous vous doutez à ces précautions que je n’ai pas vraiment explosé de bonheur à l’écoute de ce second album, dont la pochette arbore cette fois encore un animal.

Evidemment qu’il y a de l’intensité dans son expression. Mais Heathen Child semble quand même chercher son rythme, et les sons de guitare black-et-decker ne trompent personne. Soit on aborde tout bille en tête, renversant pas son énergie, soit on compose un morceau qui tiendra tout seul. On ne lui demande pas de ne plus prêcher, mais certains comme David Eugene Edwards, arrivent au sein même de leur bulle à générer de l’intensité. De même, il ne peut pas tout faire, comme remplir tout seul What I Know qui semble bien creux. On connaît des plaines encore plus désolées, mais au moins un sentier les traverse. Comme ce sont les morceaux comme Palaces of Montezuma qui passent le mieux, je me dis que je suis passé à côté de cet album. Parce qu’au final ne me plait vraiment que ce qui est le plus éloigné de la

Comme je ne trouve pas d’intensité à la fin de When My Baby Comes, où il semble s’effacer au fur et à mesure et interrompt le morceau en pleine montée par une section distordue qui ne tient pas la comparaison. Répétition et bruit ne sont pas une garantie de frissons.
Des artistes qui se servent du bruit comme base sonore, il y en a quand même un fameux paquet. Et ce n’est pas l’ancienneté ou le savoir-faire qui sont des arguments. Dans l’aventure Grinderman sont en effet embarqués trois musiciens des Bad Seeds, ce qui est un gage de qualité potentielle. Dans le genre, ceux qui pourraient se placer dans l’ombre se l’Australien se révèlent bien plus intéressants. Je pense surtout aux Liars.

Si on en juge par une presse presque unanime (qui n’aime pas être déçue par ses institutions) et la vente supersonique des tickets de ses concerts en Belgique, Nick Cave a vraiment la cote. Mais normalement Nick Cave, c’est quelqu’un qui remue, qui agite, à qui on doit beaucoup. Bien franchement, je n’ai pas été habitué à gérer sa déception vis-à-vis de lui. On serre les dents sur les débordements sonores d’un album qui tente de cacher sous le bruit un manque de morceaux qui pourraient se débrouiller seuls.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Grinderman - Grinderman 2 12 octobre 2010 11:46, par Klara

    Je trouve ce disque assez gonflant, et encore moins bon que le numéro 1 de Grinderman. Allez, je me remets un petit White Lunar et on oublie tout...

    repondre message

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont le plus brillant reste vraisemblablement son groupe phare Evangelista. Une plateforme pour ses envies de (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, l’énigmatique groupe anglais a su faire le buzz avec une stratégie marketing vieille comme Mylène Farmer : le (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction Tell The Bitch To Go Home qui sonne assez garage., tout en ajoutant suffisamment de bruit pour qu’on (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la (...)