Accueil > Critiques > 2010

Agnes Obel - Philharmonics

vendredi 29 octobre 2010, par Laurent

Ode


Ô belle Agnes, vos philharmonies sont si douces qu’elles me font souffrir. Et sous l’échancrure pudique de votre polo rayé, je devine un cœur qui s’ébat en pépiements farouches.

Ô belle Agnes, lorsque vos doigts de fée gambadent sur ce piano mutin, je vous sens prête à entonner quelque hymne à la joie, mais toujours la marée voit-elle refluer votre vague à l’âme.

Ô belle Agnes, si c’est une harpe qui berce vos émois, pourquoi me semble-t-il tant qu’elle s’égaye sous l’océan et que les néréides en personne font vibrer ses cordes parmi les coraux ?

Ô belle Agnes, que votre voix d’ange rebelle se dédouble et il ne fait plus de doute que vous commandez aux vents. Qu’elle se taise, et le carrousel de vos mélodies giratoires m’étourdit encore davantage.

Ô belle Agnes, votre poésie est lunaire, se régale des sonates de Chopin comme des jeunes princesses gothiques qui grisent et dégrisent les mines germaines. Mais vous l’illuminez d’un éclat qui semble émaner de vos yeux même.

Ô belle Agnes, vos intentions m’effraient : souhaitez-vous ma perte ou mon extase ? Tant de vénusté me tourmente : « L’amoureux pantelant incliné sur sa belle a l’air d’un moribond caressant son tombeau. [1]  »

Ô belle Agnes, si le destin ne vous marie au noble saigneur d’El Radio, daignerez-vous épouser mes envies d’encore, et susurrer vos plaintes pour extrême-onction ? Ô combien j’aimerai mêler votre haleine à mon souffle terminal !

Ô belle Agnes, de toutes les étoiles qui ont pris forme humaine, vous n’êtes ni la plus morte ni la plus aveuglante. Je n’en chéris que plus votre humble mais exquise présence en ce monde.

Ô belle Agnes, si ces mots vous parviennent, puissent-ils rendre à votre âme la monnaie de sa pièce. Je bénis ses douleurs responsables des miennes et répandrai partout la vérité nue de votre talent.


Notes

[1Charles Baudelaire

Répondre à cet article

7 Messages

  • Agnes Obel - Philharmonics 30 octobre 2010 10:56, par youtube.com/SpeechlessWhales

    Serait tu amoureux Laurent ? ;-)

    repondre message

    • Agnes Obel - Philharmonics 30 octobre 2010 14:35, par Laurent

      Je ne m’en cache pas. C’est à cause de mon coeur d’artichaut... mais il y en a tant d’autres qui me font tourner la tête, je crois que j’ai le palpitant polygame !

      repondre message

  • Agnes Obel - Philharmonics 1er novembre 2010 11:39, par Sto

    Très belle découverte, à mi-chemin entre Satie, Tiersen, Shannon Wright et Cat Power, la classe avec. Merci les gars

    repondre message

  • Agnes Obel - Philharmonics 1er novembre 2010 11:58, par Benjamin F

    Exercice de style casse-gueule mais brillamment exécuté. A chaque fois que je me suis essayé aux vers dans une critique, je n’ai pas été satisfait, il faudrait que j’arrive également à pousser un jour la démarche jusqu’au bout.

    repondre message

    • Agnes Obel - Philharmonics 1er novembre 2010 16:47, par Laurent

      Oh ben il n’y a pas de rimes non plus, donc ça n’a pas exigé de grande rigueur formelle. Un de ces jours, je versifierai pour de bon. ;)

      Sinon, j’ai quand même évité de citer des noms pour l’équilibre de l’ensemble mais le name-dropping de Sito est tout à fait pertinent.

      repondre message

  • Agnes Obel - Philharmonics 8 novembre 2010 17:05, par allow

    Trop beau... merci pour cette découverte !

    repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)