Accueil > Musique > 2011 > Miles Kane - Colour of the Trap

Miles Kane - Colour of the Trap

mardi 10 mai 2011, par Laurent

Pour un bout de couverture


Ceux qui possèdent “Rascalize”, premier et dernier album des Rascals, le savaient déjà. Pour les autres, “Colour of the Trap” est l’occasion de démontrer que Miles Kane, ex-leader desdits Rascals mieux connu pour être la moitié des Last Shadow Puppets, n’était ni la shadow ni la puppet de son ami Alex Turner, souvent considéré à tort comme la seule tête pensante du fameux side-project. Si les rôles respectifs des deux jeunes frappes resteront sans doute sous la coupe du secret professionnel, impossible en tout cas de dénier aujourd’hui que le duo dandy-cool n’a pas compté qu’une, mais bien deux plumes de premier choix.

On pense forcément à Carl Barât, injustement bridé par l’image écrasante de son frère ennemi Peter Doherty jusqu’à ce qu’un album-manifeste lui rapporte un peu de lumière, et puis à bien d’autres cas d’école qui, de George Harrison à Liam Gallagher, ont dû lutter pour s’affranchir d’ombres tutélaires briseuses d’élan. Miles Kane débarque en solo dans un contexte légèrement différent puisque, sorti d’une carrière en groupe mal éclairée, il peut bénéficier de l’aura des Last Shadow Puppets pour tirer un bout de couverture à lui, moins en quête d’émancipation que de notoriété.

“Colour of the Trap” pourrait la lui apporter même si, comme toujours, il faut encore à ce rock prophète en son pays la force de traverser la Manche. Toutes eaux territoriales confondues, le premier titre est en tout cas un sacré morceau, un tube hooligan à l’ancienne qui donne envie de chanter à tue-tête en foutant la merde au stade. Il y a un côté glam dans cette rythmique en deux temps et ces guitares étincelantes ; pour être précis, on pense franchement à T-Rex, même si le refrain fastoche lorgne plutôt du côté des Fratellis. Come Closer, que ça s’appelle, et effectivement on jetterait bien un coup d’œil de plus près au reste du tracklisting.

En fait, rien dans la suite du parcours ne renoue avec cette énergie sauvage. On est plus proche, globalement, de l’ambiance fringante des Last Shadow Puppets, ce côté prolétaire embourgeoisé qui trempe son répertoire dans les années soixante tout en réussissant à le faire sonner étonnamment moderne (Counting Down the Days, Take the Night from Me). Peut-être aussi parce que certains modèles sont intemporels et qu’en s’inspirant aussi ouvertement de John Lennon – aussi bien en version rêveuse (My Fantasy) que rebelle (Better Left Invisible), Miles Kane touche à quelques valeurs universelles, à commencer par le savoir-faire mélodique, sans oublier la faculté de dire peu pour suggérer beaucoup.

Le Liverpudlien multiplie ainsi les coups d’éclat, d’un Rearrange réminiscent des Doves au suave Happenstance, qui caresse à son aise la sensualité que Nouvelle Vague cherche encore. Quicksand frôle la twee – un terme devenu curieusement injurieux depuis quelque temps – mais maintient la tension, prolongée par un Inhaler élégamment nerveux. Nous sommes donc en présence d’un disque varié, fichtrement bien mis en son – la production est absolument parfaite – et qui confirme tout le talent d’un jeune chanteur anglais plus doué que la moyenne. Certes, Miles n’a pas le regard perçant de son pote Alex sur la société contemporaine, mais l’apparente simplicité de ses chansons n’a rien d’anachronique. Elles vont juste droit au but.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • Miles Kane - Colour of the Trap 10 mai 2011 12:16, par Benjamin F

    Je n’étais pas dans des conditions d’écoute optimale, mais j’ai trouvé cet album assez creux et vain. Miles Kane a certes des facilités d’écritures, il n’empêche qu’à part de jolies références, ce disque ne démontre pas grand chose. Les chansons m’ont paru faiblardes, souvent banales et quelques refrains sont effectivement beaucoup trop en mode rengaine. Je n’y ai pas ressenti non plus d’aspect twee mais c’est surement parce que je suis fan du genre et que je n’entends du twee que sur les disques que j’aime :)

    D’ailleurs, sans juger avant d’avoir écouter, j’ai néanmoins de grandes appréhensions à l’égard du futur Artic Monkeys :)

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    repondre message

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)