Accueil > Musique > 2011 > Bodies Of Water - Twist Again

Bodies Of Water - Twist Again

vendredi 1er juillet 2011, par Marc


Réussir un album, c’est déjà pas mal. Confirmer sur le second, c’est encore mieux. Mais comme souvent, c’est le troisième qui marque le temps des décisions et des orientations. Comment évoluer quand on a sorti des albums à la personnalité aussi affirmé qu’Ears Will Pop and Eyes Will Blink et A Certain Feeling, il est difficile de pousser le procédé qui marche plus loin, ou de le maintenir trop longtemps. Sur les deux premiers albums donc, le principe du chœur beuglé était poussé à son paroxysme. Et comme les morceaux avaient les mélodies qu’il fallait, ils m’avaient vraiment plu. A l’instar d’I’m From Barcelona qui a réduit la voilure et de Polyphonic Spree dont on est sans nouvelles, il n’est pas difficile de voir ce qui a poussé Bodies Of Water à évoluer.

Ce n’est donc plus la même dynamique qui sous-tend les morceaux. One Hand Loves The Other est tout à fait réussi dans un autre genre, reposant sur un orgue et une mélodie lancinante. Il reste bien de bons morceaux, et plutôt plus que chez bien des groupes, mais leur vigueur s’est transformée en simplicité pop (Like A Stranger très réussi). Ce qui reste par contre, c’est un sens mélodique qui devrait rendre modestes tous ceux qui pensent faire de la pop sans en avoir la limpidité (Ra Ra Riot, quelqu’un ?)

Comme souvent quand le style d’un groupe évolue, on en vient à penser qu’on aurait apprécié que l’étiquette du flacon soit différente, même si le breuvage correspond toujours à nos goûts. Même si ici tout ne plait pas, et un Open Rythms un peu plat peine à se révéler à la hauteur de nos souvenirs. Triplets en devient un peu plus gentil, donc moins fascinant. De même, In Your Thrall Again semble vraiment retenu, trop discret pour être honnête.

La voix de Meredith Metcalf est belle sur Lights out Forever qui ne compte que sur quelques cuivres pour rehausser la guitare simple. Rise Up, Careful semble aussi se contenter de simplicité mais évolue, emporte des instruments avec soi. La voix de David Metcalf est aussi très en place sur New Age Nightmare (même si elle semble se forcer à rester grave) et peut aussi tenir toute seule sur You Knew Me So Well. On imagine aisément que les chœurs discrets de ce morceau auraient été sur un autre album bien plus présents que le reste.

Quand on a une fougue reconnaissable qui pouvait faire passer tout sur la puissance de la conviction, jouer la retenue est une prise de risque. Fort heureusement, les qualités de composition du groupe ne se sont pas trop perdues en route, mais leurs beuglantes manquent quand même. Livrer un troisième album dans la même veine aurait sans doute été un peu décevant, mais y renoncer les contraint à un peu rentrer dans le rang. Leur nouvelle façon donne de très bons moments mais peine à capter l’attention sur la longueur.

http://www.bodiesofwater.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Bodies Of Water - Twist Again 11 octobre 2011 16:43, par Nicks

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi ; je trouve ce Twist Again de très bonne facture. Quant à "Open Rythms’, les bras m’en tombent : ce morceau, loin d’être plat, est une tuerie !

    M’enfin, les goûts et les couleurs....Ceci dit, ta rubrique est intéressante, et si tu veux en savoir plus sur la mienne, je t’invite volontiers à nous lire sur

    www.desoreillesdansbabylone.com/

    Voir en ligne : Bodies Of Water

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)