Accueil > Critiques > 2011

Cats and Cats and Cats - Mother Whale

mercredi 14 septembre 2011, par marc

Chant de mines


Faut-il conseiller quand même un album qu’on n’a pas adoré ? Cette question étrange peut recevoir avec la critique du jour une réponse positive. Parce que ce que propose Cats and Cats and Cats, une fusion entre l’enthousiasme du folk collectif et des compositions plus tortueuses a de quoi séduire. Le résultat du mélange ? Finalement proche de Ra Ra Riot, notamment dans la conception des morceaux dont eux seuls pourraient connaitre la destination. Ils en ont les qualités (un cœur gros comme ça, un enthousiasme communicatif) mais aussi un manque de limpidité.

Le chant n’enchante pas, c’est pour moi la principale réserve. Zommercroon en est irritant de fausseté. Christmas Lions est ainsi plombé par, alors qu’il intrigue par son mélange de simplicité folk et de rythmes anguleux.

Si on accepte que certaines productions jouent avec l’aspect bricolo, c’est carrément l’amateurisme qu’on sent ici. On aimerait les faire rentrer dans un studio, un vrai, parce que si le folk décharné s’accorde mieux que bien de faibles moyens, l’ampleur et les aspérités d’un math-folk (Marc, créateur d’étiquettes) anguleux n’en sortent pas grandies. En gros, ce qu’on aurait accepté d’une démo devient rédhibitoire pour un album présenté comme produit fini.

Les chœurs pourront consoler ceux qui regrettent cet aspect sur le dernier album de Bodies Of Water. Précisons qu’ils n’en ont pas la force mélodique. Architecture In Helsinki pourrait aussi être un repère pertinent, pour les variations incessantes, les dialogues de voix mixtes. On appréciera aussi cet étrange mélange de passages très musicaux et entrainants (pas éloignés de Yann Tiersen sur For The Love Of Mechanical Bears, accordéon compris) et de freestyle biscornu. Quand ils s’y mettent tous ensemble, c’est tout de suite mieux comme sur le final Come Home

Si j’en parle, c’est aussi parce que mes réticences ne s’appliqueront pas forcément à vous, et peut-être que ce sera une heureuse découverte. Mescritiques en mode service public donc. Il est toujours décevant de passer si près d’un album qu’on s’apprêtait à aimer. On aime la fougue, le violon, mais rien à faire, sans un minimum d’organisation la confusion est trop importante pour que je me laisse séduire. De plus, si je ne demande pas à un chant d’être très propre ou classique, il y a un minimum qui est en certains moments non atteint, rendant certains morceaux irritants alors qu’ils avaient beaucoup pour emballer.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)