Accueil > Musique > 2011 > Cats and Cats and Cats - Mother Whale

Cats and Cats and Cats - Mother Whale

mercredi 14 septembre 2011, par Marc

Chant de mines


Faut-il conseiller quand même un album qu’on n’a pas adoré ? Cette question étrange peut recevoir avec la critique du jour une réponse positive. Parce que ce que propose Cats and Cats and Cats, une fusion entre l’enthousiasme du folk collectif et des compositions plus tortueuses a de quoi séduire. Le résultat du mélange ? Finalement proche de Ra Ra Riot, notamment dans la conception des morceaux dont eux seuls pourraient connaitre la destination. Ils en ont les qualités (un cœur gros comme ça, un enthousiasme communicatif) mais aussi un manque de limpidité.

Le chant n’enchante pas, c’est pour moi la principale réserve. Zommercroon en est irritant de fausseté. Christmas Lions est ainsi plombé par, alors qu’il intrigue par son mélange de simplicité folk et de rythmes anguleux.

Si on accepte que certaines productions jouent avec l’aspect bricolo, c’est carrément l’amateurisme qu’on sent ici. On aimerait les faire rentrer dans un studio, un vrai, parce que si le folk décharné s’accorde mieux que bien de faibles moyens, l’ampleur et les aspérités d’un math-folk (Marc, créateur d’étiquettes) anguleux n’en sortent pas grandies. En gros, ce qu’on aurait accepté d’une démo devient rédhibitoire pour un album présenté comme produit fini.

Les chœurs pourront consoler ceux qui regrettent cet aspect sur le dernier album de Bodies Of Water. Précisons qu’ils n’en ont pas la force mélodique. Architecture In Helsinki pourrait aussi être un repère pertinent, pour les variations incessantes, les dialogues de voix mixtes. On appréciera aussi cet étrange mélange de passages très musicaux et entrainants (pas éloignés de Yann Tiersen sur For The Love Of Mechanical Bears, accordéon compris) et de freestyle biscornu. Quand ils s’y mettent tous ensemble, c’est tout de suite mieux comme sur le final Come Home

Si j’en parle, c’est aussi parce que mes réticences ne s’appliqueront pas forcément à vous, et peut-être que ce sera une heureuse découverte. Mescritiques en mode service public donc. Il est toujours décevant de passer si près d’un album qu’on s’apprêtait à aimer. On aime la fougue, le violon, mais rien à faire, sans un minimum d’organisation la confusion est trop importante pour que je me laisse séduire. De plus, si je ne demande pas à un chant d’être très propre ou classique, il y a un minimum qui est en certains moments non atteint, rendant certains morceaux irritants alors qu’ils avaient beaucoup pour emballer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)