Accueil > Musique > 2004 > Soulwax : Any Minute Now

Soulwax : Any Minute Now

vendredi 11 août 2006, par Marc


Chic, du bon son, du gros son, c’est ce qu’on se dit en mettant le CD dans la platine (on y croirait presque...). Et, de fait, on a des bonnes basses rondes, une batterie qui tape. Mais où sont les morceaux ? Car une fois passée l’envie de danser qui peut prendre sur E-Talking ou Krack, on se trouve devant du vide.

On dirait que les frères De Waele, après avoir trituré tous les sons de la planète rock en formant les insurpassables 2 many DJ’s, se sont enfermés dans leur studio, mais que, privés de l’appui de morceaux existants, ils n’ont rien trouvé d’intéressant à mettre dans les riches habillages.

Sur les morceaux plus rapides, l’énergie rend la vacuité moins grande, mais dès qu’ils s’essaient à la ballade (A ballad to forget, heureusement court) ou au crescendo (Accidents and compliments), on voit les coutures.
Ce qui passe le mieux, c’est quand on a l’impression d’entendre 2 many DJ’s, c’est-à-dire quand on se dit que c’est un remix d’un morceau existant (NY excuse, avec cette voix sous mixée et ce rythme répétitif qui renvoie au couple de DJ’s).

Ou alors est-on simplement devant un mélange qui n’a pas pris. The Hives peut faire des chansons avec (presque) rien dedans, parce que ça sent le rock qui transpire, l’anti-sophistiqué. Quand on essaie de faire Le-morceau-qui-tue à tous les coups, il faut plus que les riffs minimalistes de Miserable girl.

Peut-être Soulwax n’est-il pas au meilleur de son inspiration. Peut-être aussi que c’est l’émergence de mieux qui rend ceci décevant. Car maintenant, on danse sur The Rapture, Radio 4, Daan, The Killers pour le son qui sied aux dancefloors, on rocke sur The Hives et The Libertines. La temps a rattrapé Soulwax.

C’est triste de devoir dire autant de mal pour un album qui n’est pas fondamentalement mauvais (rien n’est insupportable, rien n’énerve), mais vu le potentiel de ses créateurs, on ne peut que conclure à la poudre aux yeux. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)