Accueil > Musique > 2012 > Frida Hyvönen - To The Soul

Frida Hyvönen - To The Soul

vendredi 4 mai 2012, par Marc

Pour la seconde partie


En choisissant un mot-clé pour un album, il est dommage qu’en sus des ‘post-rock’, ‘folk’ et autres ‘dépressif’ on ne puisse ajouter ‘subjectif’. Parce que depuis une première rencontre fortuite un vendredi pluvieux (je ne me souviens plus de la météo, mais comme c’était un vendredi à Seattle…), je n’ai jamais renié un attachement parfois irrationnel pour Frida Hyvönen.

Irrationnel ou subjectif pour au moins deux raisons opposées. Tout d’abord parce que ce sont surtout les paroles qui m’importent chez elle, cette façon tellement personnelle de percevoir les choses et de les relater, et puis quelques fulgurances qu’on retient. Ensuite parce que je dois aussi avouer que sur son dernier album très étoilé, on pouvait entendre une apposition de morceaux remarquables pour des raisons différentes (émotion pure, ironie mordante, intensité), mais aussi quelques titres moins marquants, qu’on écoutait sans déplaisir parce que l’essentiel n’était pas là. Tout est une question d’équilibre, et cet album n’est pas vraiment moyen, mais présente deux faces, une pas vraiment emballante (voire un peu embarrassante, on y reviendra) et une autre où on retrouve ce qu’on y cherchait.

Il faut aussi préciser que la voix de Frida Hyvönen n’est pas toujours une caresse, mais excelle à installer mine de rien un peu de gai désespoir à des chansons, histoire d’en souligner le côté doux-amer. C’est particulièrement frappant sur le paradoxalement entrainant Picking Apples. On avait compris qu’elle ne comptait pas décliner une énième fois le piano-voix au franc-parler désarmant, ce que finalement elle n’a fait que le temps du toujours aussi recommandable Until Death Comes. Gas Station n’est pas une balade classique comme elle les affectionne mais un morceau pop un peu sombre, et c’est réussi.

Ce qu’on avait moins prévu, c’est que l’eightite la gagne. Terribly Dark était proposé en éclaireur avant la sortie de l’album. J’avais entendu qu’elle tentait le disco et je m’étais logiquement abstenu. Le recul m’a donné raison, il n’aurait pas fallu s’alarmer outre mesure. Le disco n’est pas un problème en soi (il est d’ailleurs amusant de l’imaginer avec un serre-tête d’aérobic fluo), pour peu qu’on sente que l’artiste puisse en tirer quelque chose d’intéressant. On préfèrerait l’exercice inverse, avec un album acoustique de Beth Ditto ou Roisin Murphy par exemple. Dans les excès, signalons aussi The Wild Bali Nights noyé de batterie. Par contre, les mélodies frappent encore juste. Il y a toujours une bribe qui sort du lot en tout cas (In Every Crowd, Gold), ou des violons qui se lâchent quelque peu sur In Every Crowd.

Il faut attendre la seconde moitié de l’album pour que la connexion se rétablisse, qu’on retrouve les raisons qui nous ont amené là. C’est assez tôt pour qu’on ne soit pas parti, mais un peu trop tard pour faire de ce Into The Soul le troisième grand album d’affilée pour la Suédoise. On guette le chef-d’œuvre, et ce qui s’en rapproche le plus est cette chanson sur le deuil (Farmor) de sa grand-mère, avec une évocation nuancée, attachante, rendue encore plus personnel par texte pas trop en accord avec la métrique. C’est là qu’elle est la plus pertinente, la plus poignante. Sans trop d’humour décalé pour le coup, mais une sincérité qui fait mouche. Ce thème des souvenirs, d’une famille qui s’évanouit peu à peu, on le retrouvera encore, sur Picking Apples ou le magnifique Hands (souvenirs de sa mère), avec sa mélodie très classique mais impeccable et de vraies envolées de violon

Comme l’attachement que j’ai pour Frida tient autant à ses paroles qu’au reste, parce que son ton entre en résonance, je comprendrais qu’on rejette cet album pour les raisons symétriques à celles de mon attachement. Son talent d’écriture n’est pas en baisse, mais la forme n’est plus aussi enthousiasmante. On pourra revenir sur cet album, il est là, il nous attend. Mais il ne nous tend plus les bras comme avant, on a simplement moins envie de pleurer avec elle.

http://www.fridahyvonen.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Frida Hyvönen - To The Soul 5 mai 2012 00:41, par Mmarsupilami

    Ca n’en finit pas les trois étoiles. On est dans une année fade, plus particulièrement dans l’indie et tout ce qui est lié...
    Non ?

    Voir en ligne : Litttle Reviews

    repondre message

    • Frida Hyvönen - To The Soul 5 mai 2012 19:10, par Laurent

      Parfois je me demande... Est-ce moi qui ne suis plus dans les mêmes dispositions ? En tout cas, autant j’ai trouvé que 2011 était un cru exceptionnel, autant ce presque demi-2012 ne m’a guère transporté. Les bonnes choses ressemblent à des bonnes choses déjà faites avant. Le Dominique A est bon, oui, mais le son live du disque m’empêche de le porter aux mêmes nues que Marc ; sans ce défaut de production j’aurais peut-être partagé son enthousiasme. L’indie rock a de beaux restes (Shearwater, Bowerbirds, Gravenhurst,...) mais beaucoup de chouettes disques ne m’ont emballé qu’à moitié, ou pour un temps fort bref (Peter Broderick, Laura Gibson, Lost in the Trees,...). Bref, beaucoup de trois étoiles. ^^

      Allez, je trouve quand même que trop de monde passe regrettablement à côté du troisième Sharon Van Etten, qui est un vrai bijou. Et puis trois noms qui ont balancé quelques très très belles chansons : Perfume Genius, Patrick Watson et Rover.

      Cela dit, Mmarsup’ a raison, c’est dans un autre registre qu’il faut aller piocher. Pour ma part, les albums que je réécoute le plus jouent à la marge du hip-hop (Speech Debelle, Cabadzi, Chiddy Bang) ou réveillent les fantômes de la soul sixties (Lee Fields et Michael Kiwanuka), voire celui de Roy Orbison (Crybaby). Alors piochez, seulement, piochez.

      repondre message

      • Frida Hyvönen - To The Soul 6 mai 2012 00:14, par Mmarsupilami

        Chouettes découvertes dans les bordures du métal (Screaming Females ou Torche), dans les à côtés du rap (Le1f, gratuit sur le net), à la marge du jazz et de l’électro (BABADNOTGOOD, gratuit sur le net), du prog médieval Math rock (Extra LIFE).
        Et côté indie, on laisse dans l’ombre le très bon premier album de Kishi Bashi (accompagnateur d’Of Montreal) qui s’écoute pourtant facilement sur Bandcamp.

        Voir en ligne : Little Reviews

        repondre message

        • Frida Hyvönen - To The Soul 6 mai 2012 11:22, par Laurent

          Ben dans la série "les bonnes choses ressemblent à des bonnes choses déjà faites avant", pour moi Kishi Bashi c’est un peu du Owen Pallett en moins bien. Enfin ce que j’en dis hein...

          repondre message

          • Frida Hyvönen - To The Soul 6 mai 2012 22:52, par Mmarsupilami

            C’esr vrai que c’est certainement le moins original de ceux que j’ai cités.
            Ceci dit, Bashi suit certes une voie Pallettienne (pfffft, j’aime faire ronflant) mais en ayant ses différences et originalités...
            Mais, bon, ce n’est pas pour lui que je romprais ma plus grande lance !

            repondre message

            • Frida Hyvönen - To The Soul 7 mai 2012 14:08, par Marc

              Je dois bien dire que je suis assez d’accord avec vous. Il y a déjà eu quelques très belles choses cette année, mais cette ronde des trois étoiles n’est pas prête de s’arrêter. D’ailleurs, je viens pas plus tard que tout de suite encore entériner une cote moyenne pour un groupe que j’adore à la base.

              Je devrais donc aussi aller voir ailleurs, mais j’ai raté beaucoup de trains en electro et j’ai été incapable, par exemple, de passer le quatrième titre de Cabadzi. Donc, question hip-hop, ce n’est pas gagné pour moi.

              Heureusement, il reste quelques geignards qui maintiennent le niveau (et tu fais bien de les rappeler, Laurent) et des nouveaux venus dont on reparlera. Et puis j’ai aimé tous les concerts vus cette année. Donc, ce n’est peut-être pas moi, il faut sans doute élargir ses horizons...

              repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)