Accueil > Musique > Concerts > Françoiz Breut, Barbara Carlotti, Maison des Musiques, 22/06/2012

Françoiz Breut, Barbara Carlotti, Maison des Musiques, 22/06/2012

lundi 25 juin 2012, par Marc

Deux fêtes de la musique


Avant les festivals qui se feront en mode ’tapas’ cette année (un jour par endroit), il y avait les fêtes de la musique.

L’adresse du jour n’est pas à proprement parler une salle de concert mais la maison des musiques. L’affiche étant un peu fournie, elle est séparée en deux scènes, une à l’intérieur et une dans le jardin. C’est vers la première que nous nous dirigeons tandis que Benjamin Schoos (connu en tant que Miam Monster Miam) termine son concert à l’extérieur. Ce qui va nous permettre d’être tout devant, et explique l’absence de têtes dans le cadre des photos. L’intimité de Françoiz Breut est en tous cas très en phase avec cette petite salle. On est désolé d’y repasser, mais c’est flagrant surtout en concert, on dirait parfois une version féminine de Dominique A. Comme on l’aime beaucoup et que la belle voix est différente, on peut le voir comme un hommage. Assez peu familier de sa discographie (A L’Aveuglette excepté), la setlist m’est presque inconnue. Pourtant, la connivence s’établit tout de suite. On sent les trois musiciens très à leur affaire et les arrangements restent discrets, parce que ce n’est pas une musique ramenarde pleine d’effets. Françoiz séduit en tout cas, et on est vraiment contents de la revoir.

La bonne idée logistique de la soirée (dans un lieu par ailleurs un peu petit pour cette foule), c’est d’avoir mis un toit transparent sur le jardin. On ne subit pas le risque d’intempérie, la lumière du jour qui fléchit passe encore et la sensation d’intimité est encore une fois présente. Cette fois, on est logiquement placés plus loin (d’où présence de têtes dans le cadre) mais on ne rate pas grand’ chose de la prestation.

Ce qui plaisait sur l’album L’Amour, L’Argent, Le Vent, c’est à la fois la voix et l’ampleur de la musique. Sur scène, avec 5 musiciens, les deux sont au rendez-vous. Barbara a une voix un peu altière et un comportement sympathique (ce qui vaut mieux que le contraire) et il y a de la musique autour, ce ne sont pas de simples accompagnements. Les morceaux sont logiquement repris du dernier album en cours, si on excepte Cannes qui me l’avait fait connaitre à l’époque.

Quand elle décide de reprendre une chanson à l’immense répertoire français, c’est Message Personnel de Françoise Hardy qu’elle choisit. Une sélection assez pertinente pour sa voix et son potentiel d’évocation. J’attendais ce concert pour confirmer le bien que je pensais de cette artiste. Le verdict de la scène a donc décidé que c’était ma découverte féminine francophone de l’année.

Il restait encore de belles choses à voir ce week-end mais la pluie et la fatigue de la vraie vie en ont décidé autrement... A bientôt sur les festivals !

L’intégrale des photos est ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)