Accueil > Critiques > 2014

Owen Pallett - In Conflict

vendredi 27 juin 2014, par marc


Qu’on apprécie ou pas Owen Pallett, ses albums et ses collaborations, je n’ai jamais entendu qui que ce soit remettre en cause l’existence de son talent. Ce talent est un bon point de départ pour être un artiste pertinent, certes, mais on ne l’a jamais vu gaspiller ses capacités non plus. A 34 ans, cet inconnu célèbre publie son second album sous son nom propre, ses premiers exercices solo étant sortis sous le nom un peu trop compliqué à distinguer de Final Fantasy. Ce disque a d’ailleurs été reporté, notamment pour cause de tournée générale avec Arcade Fire et de bande originale pour le film Her de Spike Jonze (raflant une nomination aux Oscars en chemin).

Les gens de talent oublient parfois un peu que l’auditeur n’évolue pas dans les mêmes sphères. J’aime à penser que ce n’est pas de l’élitisme mal placé de sa part. Il n’en reste pas moins qu’on n’entre pas toujours facilement dans un album d’Owen Pallett même s’il a laissé la porte plus grand’ouverte cette fois-ci.

On sait qu’il ne se compare qu’à lui-même mais on peut lui trouver quelques artistes avec qui partager sa singularité (Andrew Bird, Patrick Wolf) et la pratique du violon. Ce sont tous de remarquables vocalistes, ce qui est toujours plus manifeste en concert que sur album. Owen est comme eux et quand sa voix a plus d’espace (sur Song for Five and Six par exemple), elle en profite pour monter.

Le violon est bien entendu très présent, mais peut rester étonnamment allusif et soutenir la voix de façon rien moins que formidable comme sur la plage titulaire qui est un morceau bien singulier avec cette lancinante et distendue ligne de synthé. Ou alors se cantonner à de petites touches sur Songs For Five and Six qui montre qu’il n’a pas peur d’incorporer des éléments électroniques de façon décomplexée et ludique. On a Path semble comme souvent annoncer un film de Disney dont la sorcière serait la vraie héroïne. Et il laisse plus volontiers ses morceaux prendre l’air et s’ébrouer (Infernal Fantasy).

De toute façon, avant même d’écouter l’album, on sait qu’on trouvera au moins un morceau énorme, comme toujours. Et puis vient la secousse de Riverbed, déjà connu mais toujours impressionnant. Mal dosé, ce mélange très dense et compact pourrait être crispant, mais correctement assaisonné, c’est d’une force et d’une densité peu communes. Rappelez-vous quand même que ce garçon a arrangé un des meilleurs morceaux de tous les temps. La fin d’album est d’ailleurs remarquablement dense. Après un ventre mou, il repart à l’attaque avec The Sky Behind The Flag, morceau qu’on ne voit pas venir avant qu’il ne saute à la face. Quelques morceaux sont peut-être en pilotage automatique (The Secret Seven, Soldiers Rock). On se souvient aussi pourquoi on a aimé la sensibilité narquoise de Neil Hannon (The Passions) quand il se laisse aller au spleen sur The Passions

Finalement, après tant de temps et d’attente, cet album d’Owen Pallett est tout à fait conforme à nos espoirs. Pas plus parce que l’attente est quand même là et on l’a placé il y a neuf ans sur un piédestal qu’il n’a pas l’air de vouloir quitter. Pas moins non plus parce qu’il semble incapable de produire un album médiocre et que maintenir son niveau et rester unique est un challenge de tous les instants.

http://www.owenpalletteternal.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)