Accueil > Critiques > 2014

I Love You But I’ve Chosen Darkness - Dust

lundi 27 octobre 2014, par Mathusalem

De l’art subtil du déplacement en territoire conquis


On a beau dire, on ne se débarrasse jamais complètement de son vécu, certaines périodes de vie se retrouvent souvent étroitement associées à certains décors sonores. Et on développe donc un syndrome d’intransigeance affective lorsqu’il s’agit de faire le tri au sein de ces vagues incessantes d’albums « Néo New Wave ».

Somme toute, la façon dont on les appréhende dépend de facteurs à la fois subtils et infinitésimaux... Si certaines formations arrivent à produire une forme d’hommage, de respect, si d’autres encore parviennent même à réactualiser le genre en y insufflant quelques pincées d’influences actuelles ... Beaucoup par contre se vautrent lamentablement dans le pastiche en associant de manière éhontée le désespoir hanté et pudique à d’insipides comédies Halloweenesques, transfigurant la tristesse existentielle en une pantalonnade pathétique.

Retour à la vraie vie : 2006, cinq jeunes Texans se targuent d’exhumer une partie de cette tranche d’histoire, tâche audacieuse, vu le risque non négligeable de sombrer dans le risible dès lors qu’on est conscient du fait qu’à force de tirer sur la même chaînette du bouchon de lavabo, elle se brise... Le risque était d’autant plus grand qu’on imagine sans peine le gouffre culturel qui sépare les cités ouvrières de l’ère thatcherienne de l’aridité quasi désertique contemporaine du Sud des États-Unis. Le fait est pourtant que le premier album d’I Love You but I’ve Chosen Darkness (Fear Is On Our Side) m’avait littéralement cloué sur place, redynamisant au fin fond de ce qui me restait de cortex de vieux démons depuis trente ans assoupis. The Sound, The Chameleons, Modern English, Echo and The Bunnymen refaisaient subitement surface à grands coups d’accords écumeux, flotte dépenaillée de Hollandais Volants surgissant brusquement d’un vieil océan de brumes...

Silence radio depuis... D’aucuns se mirent donc à penser que l’Armada fantôme avait fait à nouveau naufrage, disparaissant pour de bon, corps et âme. Huit ans, il aura fallu huit ans... C’est énorme...Avant que le quintet d’Austin ne redonne signe de vie, accouchant d’un Dust très (Trop ?) attendu, qu’on craignait déroutant, même si le design rassurant de la pochette s’inscrit dans une indiscutable continuation picturale.

Certes, sortir un album par décennie est une stratégie efficace, bien que peu rentable, mais qui a au moins le mérite d’éviter ce phénomène de lassitude si fréquemment ressenti face aux productions en rafale de certains stakhanovistes, il n’empêche, le résultat force l’admiration. Peu de reliefs à la première écoute, tout semble se dérouler au pas de charge... Avec malgré tout une petite surprise sous forme d’impression générale... On dirait bien qu’ils se sont permis quelques apports personnels, assez éloignés des sacro-saints stéréotypes Post Punk.

Certaines rondeurs yankees, plus présentes que sur l’opus précédent, semblent dorénavant polir et refaçonner ces angles ciselés à la machette par les gens de chez Factory ou Rough Trade... Il y a bien longtemps de cela. A part You’re Dead To Me qu’on dirait tout droit sorti d’un album de Colin Newman (Le maniérisme arrogant So British de la voix en moins), ou le timbre de la batterie de WAYSD et ses sonorités qu’on jurerait triturées par Martin Hannett en personne si celui-ci n’était pas déjà mort, le reste de l’album mêle avantageusement la rigueur des climats musicaux eighties européens à une certaine évanescence décontractée Yankee privilégiant les sonorités aériennes et les montées de puissance ainsi que certaines mélodies déambulant aux limites des terres Shoegaze, la dictature de la pédale disto en moins.

S’il s’agit donc bien d’une tentative de mitonnage à l’identique d’un antique menu Post Punk, Dust y incorpore à foison des condiments actuels... Et le fumet global en est à la fois subtil, intense et pleinement réjouissant... Bien que ce terme puisse paraître paradoxal si l’on considère l’époque à laquelle la musique du groupe est sensée se référer... Pour tout vieil ado qui se respecte, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une agréable balade en territoire conquis. Dommage toutefois qu’il y ait si peu de morceaux immédiatement accrocheurs (Faust et Come Undone sauveront-ils la mise à eux seuls ?) Ainsi qu’un amoncellement de refrains à la construction mélodique prévisible. Bien bel album en somme, mais qui s’essouffle un peu à force de vouloir justifier ces huit années d’attente...


Répondre à cet article

1 Message

  • I Love You But I’ve Chosen Darkness - Dust 7 août 2016 10:57, par 17

    Le groupe n’est pas ’’jeune’’ et il ne l’était pas non plus en 2006... Ils avaient déjà bien plus de 30 ans passés, et chaque membre avait avant ILYBICD et, a encore, d’autres groupes et projets musicaux ce qui explique la rareté des productions d’ILYBICD.

    repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)