Accueil > Musique > 2017 > Xiu Xiu - Forget

Xiu Xiu - Forget

lundi 20 février 2017, par Marc


On replonge toujours dans le monde inquiétant de Xiu Xiu avec un peu d’appréhension, comme quand on descend dans une cave humide qu’on n’a pas encore exploré. Mais on sait aussi que cette cave peut receler des trésors et on en remonte soulagés et ravis.

Dès les premières écoutes, on sait qu’on n’a pas affaire à un Xiu Xiu trop obscur. Surtout le premier morceau The Call qui ne présente pas de rupture trop rude. On y entend certes quelques éructations mais ce ne sont pas elles qui cristallisent l’attention. La relative accessibilité dépendra bien entendu de votre acceptation du ton très affecté de James Stewart, lequel est un marqueur fort mais aussi un potentiel écueil pour l’auditeur trop occasionnel.

Les sons qui parsèment les morceaux peuvent être anxiogènes mais il y a toujours ce moment de recentrement, cette concentration autour d’une densité du son qui apporte une intensité jamais démentie. Queen of The Losers comprend tout ça. De même, Forget est un de ses bons morceaux (tous albums confondus) parce qu’il dégage une immense intensité avec l’électronique forte et puissante. Les morceaux plus nus comme Petite ne sont pas exagérément désolés. Il s’en dégage une émotion véritable, tout aussi palpable sur le poignant Faith, Torn Apart.

Il n’en abandonne évidemment pas son auto-flagellation pour autant (Do you hate because I seem so stupid sur Get Up) mais l’intensité en est simple, directe avec un son légèrement distordu. Et si la conjonction de gros son et de lignes mélodiques claires et faciles rend Hay Choco Bananas immédiatement sympathique, il pousse les curseurs tellement loin sur la fin que si l’accessibilité est réelle, elle reste limitée à un public un rien averti et curieux.

On retrouve aussi au casting de cet album de vieilles connaissances comme John Congleton ou Greg Saunier (Deerhoof) mais aussi Kristof Hahn des Swans ou Charlemagne Palestine. Des collaborations de haut vol donc pour un album qui marque un retour à une forme plus compacte après s’être frotté aussi bien à des standards folk que la musique de Twin Peaks.

Un film d’horreur qui ne fait pas peur peut être considéré comme raté, voire ridicule. Libéré d’une part de sa composante anxiogène, cet album de Xiu Xiu n’en garde pas moins tout son intérêt, parce qu’il conforte d’autres manières de rester intense. Plus soyeux peut-être, mais toujours singulier et sans concession, l’univers de James Stewart livre un de ses hauts faits avec ce Forget.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)