Accueil > Musique > 2017 > Bodies of Water - Spear in the City

Bodies of Water - Spear in the City

lundi 2 octobre 2017, par Marc


Si on ne devait dégager qu’un bénéfice collatéral à la déception d’Everything Now d’Arcade Fire, c’est celui de mettre en lumière la réussite d’autres groupes. On avait identifié ainsi une envie supérieure sur LCD Soundsystem et les qualités mélodiques et de sincérité du quatrième album de Bodies of Water nous rassurent et nous réjouissent parce qu’elles gardent le lien qu’on avait avec la formation californienne.

Bodies of Water pratiquait sur ses deux premiers albums une musique folk plutôt beuglée et qui fonctionnait vraiment parce qu’ils arrivaient à nous convaincre de leur sincérité. Il y avait aussi un sens mélodique assez renversant pour que ces chansons deviennent presque toutes des hymnes. On avait déjà connu un point d’inflexion chez eux avec un Twist Again qui avait plu malgré une constance en léger retrait. On les avait un peu perdus de vue, il faut être honnête mais on ne les avait définitivement pas oubliés même si le contexte

Pour simplifier, on pourrait dire que leur quatrième album propose une sorte de synthèse de leur deux façons. De leur première restent les voix toujours à l’unisson, une grande lisibilité (la belle simplicité de la plage titulaire) et un talent mélodique assez hors norme (Echoes) et constant. De leur évolution ressentie avec Twist Again ils ont gardé une réserve qui tranche avec le caractère échevelé de leurs débuts, ce qui leur permet de petits hymnes intimistes (Here Among You), d’oser la syncope sur Hold Me Closer et de rendre New World bien lancinant.

I’m Set Free liste des styles musicaux dont le chanteur semble se libérer. Et il faut constater, notamment sur cette bien jolie chanson qu’ils arrivent à s’affranchir des étiquettes. Ça reste de la musique pop dans son acception accessible mais le plus important, c’est qu’ils ont gardé cette propension à nous livrer de bons morceaux. A cette aune, on ne remarque même pas de baisse de niveau.

Même si on n’a jamais écouté de mauvais album de la part de la formation californienne, la surprise de cette quatrième livraison est tout de même bonne. Les marqueurs forts du début, l’époumonnement permanent ne sont plus de mise, certes, mais les voix à l’unisson et le sens mélodique jamais pris en défaut sont toujours là. De quoi leur conférer un statut à part sur une scène folk qui doit compter sur de fortes personnalités pour se distinguer du tout-venant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)