Accueil > Musique > 2019 > Apparat - LP5

Apparat - LP5

jeudi 11 avril 2019, par Marc


On n’a pas fait la liste, rassurez-vous, mais s’il y en avait une qui regroupait tous les artistes importants de l’époque, on ne pourrait pas éviter Sasha Ring. On l’avait découvert il y a une quinzaine d’années, notamment lors d’un set au Beurschouwburg dont on se souvient encore et puis avec le toujours formidable Orchestra of Bubbles avec Ellen Allien. On a continué à le suivre avec le succès étonnant et mérité pour Moderat.

Ce projet maintenant en hiatus indéfini, il revient donc seul pour son premier album depuis 2011 (si on excepte une musique pour du théâtre en 2013) et ce qu’on entend d’emblée est clairement plus proche de ce qu’on a entendu chez Moderat, étant entendu que cette expérience plus que probante a dû lui donner confiance en tant que chanteur. On n’entendra donc pas de chanteuse ici donc, comme sur le très beau Goodbye avec Anja Pschalg a servi de générique à la série Dark comme vous le savez sans doute. Vocalement, c’est très en place, jamais mièvre même si on conçoit que c’est un beau complément plutôt qu’un produit d’appel.

Evidemment, il n’y a plus ses deux comparses Gernot Bronsert et Sebastian Szary de Modeselektor pour pousser les morceaux à sortir de leur coquille et ce ton rentré en fait un album plus intériorisé. C’est donc faussement discret quand Laminar Flow se densifie, avec un grain de son qui témoigne d’un savoir-faire toujours au top. Et quand il y a une montée subtile sur Dawan, il la coupe presque aussitôt. Ce n’est pas un album d’exaltation, sachez-le. La fin de Gravitas aurait pu lancer un basculement de l’album. Sauf que c’est le dernier morceau.

Cette veine peu flashy, parfois à la lisière de l’ambient et du drone (Eq_Break) permet de beaux moments en apesanteur (Heroist). Si dans le genre on est devenus plus clients de l’équilibre atteint par The/Das ou même Moderat, Apparat montre qu’il gère parfaitement ses envies et ses inclinations, qu’il est un artiste complet et n’a besoin de personne pour être un des acteurs les plus éminents de la scène electro.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)