Accueil > Critiques > 2020

of Montreal - UR FUN

vendredi 31 janvier 2020, par marc


On le voit quand des artistes sont non seulement doués mais lucides. Il y a quelques albums de cela, of Montreal semblait en pilotage automatique. Que le vol se fasse dans des cieux bizarres et infiniment créatifs n’y faisait rien. Les pochettes surchargées, les morceaux infinis changeant toutes les trente secondes, tout semblait un peu se ressembler. Ca restait bon mais la surprise s’était évaporée. Et puis il y a eu l’excellent Lousy With Sylvanbriar et ses inattendus accents dylanniens qui a permis au projet de Kevin Barnes de reprendre les choses en main avec des albums qui ont un son et une identité propres

La pochette ne laisse que peu de doute, le virage vers les années ‘80 est acté. Ce n’est pas vraiment un choc, la pop synthétique du groupe n’impose pas une refonte pour aborder ce changement. C’est flashy forcément et ce n’est pas linéaire non plus, les surprises sont toujours là, livrées avec une réussite variable mais qui réserve d’excellents moments. Ils gardent toujours un aspect ludique (le sautillant St. Sebastian) qui contraste souvent avec les fulgurances des textes. Même si on peut trouver Carmillas of Love un peu trop sucré, ils enchaînent tout de suite avec le plus consistant I Don’t Want To Die In America.

Narrativement parlant, Kevin Barnes suit deux tendances depuis l’important Hissing Fauna, Are You The Destroyer ?. Une le voit interpréter des personnages délirants, la second considère les albums comme un journal suivant les phases de sa vie. On est clairement dans cette dernière ici puisqu’on suit l’évolution de sa relation dont les débuts étaient relatés sur White Is Relic / Irrealis Mood.

Ce groupe unique parce que les morceaux gardent une exigence (ils ne sont plus exigeants à écouter), leur permettant de passer la surmultipliée. Polyneurism a un allant certain. Ils ne se sont pas contentés d’ajouter des synthés et gardent aussi leur goût pour le gros son hérité d’une relecture glam qui est une de leurs marques de fabrique. Et ça frappe sur Get God’s Attention by Being an Atheist, ça reste hénaurme aussi parce que la facilité mélodique est là (Gypsy That Remain), remplacée à l’occasion par l’énergie brute du plus direct 20th Century Schizofriendic Revengegold-man. Ils ont un style bien à eux en tous cas et les ressemblances de Deliberate Self-Harm Ha Ha avec un vieux morceau de Vetiver (To Find Me Gone) est donc plus que probablement fortuite.

Le discernement n’est a priori pas une qualité sexy en musique, mais elle éviterait sans doute des déboires. Dans le cas qui nous occupe, il a permis à of Montreal de se relancer, de concentrer ses indéniables qualités dans des albums qui maintenant font mouche à chaque fois. Ce n’est pas une petite dose flashy qui va nous faire changer d’avis, que du contraire même…

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)