Accueil > Musique > 2020 > of Montreal - UR FUN

of Montreal - UR FUN

vendredi 31 janvier 2020, par Marc


On le voit quand des artistes sont non seulement doués mais lucides. Il y a quelques albums de cela, of Montreal semblait en pilotage automatique. Que le vol se fasse dans des cieux bizarres et infiniment créatifs n’y faisait rien. Les pochettes surchargées, les morceaux infinis changeant toutes les trente secondes, tout semblait un peu se ressembler. Ca restait bon mais la surprise s’était évaporée. Et puis il y a eu l’excellent Lousy With Sylvanbriar et ses inattendus accents dylanniens qui a permis au projet de Kevin Barnes de reprendre les choses en main avec des albums qui ont un son et une identité propres

La pochette ne laisse que peu de doute, le virage vers les années ‘80 est acté. Ce n’est pas vraiment un choc, la pop synthétique du groupe n’impose pas une refonte pour aborder ce changement. C’est flashy forcément et ce n’est pas linéaire non plus, les surprises sont toujours là, livrées avec une réussite variable mais qui réserve d’excellents moments. Ils gardent toujours un aspect ludique (le sautillant St. Sebastian) qui contraste souvent avec les fulgurances des textes. Même si on peut trouver Carmillas of Love un peu trop sucré, ils enchaînent tout de suite avec le plus consistant I Don’t Want To Die In America.

Narrativement parlant, Kevin Barnes suit deux tendances depuis l’important Hissing Fauna, Are You The Destroyer ?. Une le voit interpréter des personnages délirants, la second considère les albums comme un journal suivant les phases de sa vie. On est clairement dans cette dernière ici puisqu’on suit l’évolution de sa relation dont les débuts étaient relatés sur White Is Relic / Irrealis Mood.

Ce groupe unique parce que les morceaux gardent une exigence (ils ne sont plus exigeants à écouter), leur permettant de passer la surmultipliée. Polyneurism a un allant certain. Ils ne se sont pas contentés d’ajouter des synthés et gardent aussi leur goût pour le gros son hérité d’une relecture glam qui est une de leurs marques de fabrique. Et ça frappe sur Get God’s Attention by Being an Atheist, ça reste hénaurme aussi parce que la facilité mélodique est là (Gypsy That Remain), remplacée à l’occasion par l’énergie brute du plus direct 20th Century Schizofriendic Revengegold-man. Ils ont un style bien à eux en tous cas et les ressemblances de Deliberate Self-Harm Ha Ha avec un vieux morceau de Vetiver (To Find Me Gone) est donc plus que probablement fortuite.

Le discernement n’est a priori pas une qualité sexy en musique, mais elle éviterait sans doute des déboires. Dans le cas qui nous occupe, il a permis à of Montreal de se relancer, de concentrer ses indéniables qualités dans des albums qui maintenant font mouche à chaque fois. Ce n’est pas une petite dose flashy qui va nous faire changer d’avis, que du contraire même…

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)