Accueil > Musique > 2020 > Ellen Allien - Auraa

Ellen Allien - Auraa

vendredi 26 juin 2020, par Marc


Il fallait bien commencer quelque part. Et quand on a découvert un pan entier de la musique électronique il y a une quinzaine d’années, le nom d’Ellen Allien s’était imposé tout de suite. En solo ou avec Apparat, la fondatrice du label Bpitch Control apportait quelque chose, une voix singulière dans une musique qu’une écoute distraite pourrait qualifier d’aride. Et on a continué à la suivre et on lui est déjà reconnaissants d’avoir vitaminé notre début d’été.

Même si ce onzième album commence en mode adouci, avec un remix de l’autrement plus percutant Hello Planet Earth. Les sons sont là, bien entendu, mais les beats attendent encore, sortant un peu pour une grosse densité qui s’installe dès In Music I Trust. Et puis elle lâche les grosses basses sur True Romantics. Et elles peuvent se faire vraiment vibrantes sur Traum. Ce sont les sons en suspension qui les accompagnent (Hello Planet Earth) qui en font tout le sel. Evidemment il est plus facile de moduler ce genre d’effet sur un long morceau. Le gimmick peut être vraiment simple si les sons aident à moduler le morceau (Can’t See You).

La voix est comme toujours très filtrée. Elle ne s’est jamais pris pour une chanteuse et c’est très bien comme ça. Elle est très bidouillée sur Walking In The Dark, morceau qui écoute après écoute intrigue puis impressionne. On note que cet album est sans doute moins sec que par le passé. On ne saura sans doute jamais l’effet que ça fait à 4 heures du matin en boite, vous nous raconterez.

Si les giclées d’euphorie sont bien là, c’est un album efficace qui ne se refuse pas. Moins franchement orienté dancefloor et pensé comme un album, l’écoute intégrale s’en révèle logiquement plus gratifiante et garde l’increvable Ellen dans le game techno.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)