Accueil > Critiques > 2020

I Am Stramgram - When The Noise Becomes Too Loud

vendredi 9 octobre 2020, par marc


La sortie de ce nouvel album était initialement prévue en avril avant qu’étrangement, les plans soient changés… Ca doit être sacrément frustrant de reporter tout ça quand on a un album pareil sous le bras. Parce que ceci fait partie de nos albums préférés de l’année en cours. On avait déjà dit tout le bien qu’on pensait de l’album précédent de Vincent Jouffroy et ceci est sans doute encore mieux, différent mais plus affirmé.

Ce qui a changé surtout, c’est le son. Sur Tentacles, on sentait qu’un homme seul était à la manoeuvre. Le son de l’album solo, c’est ma seule explication, sensation déjà perçue chez une autre réussite, The Callstore. Ici, exit les montées sur guitares distordues, le son se fait plus enveloppant, un peu plus synthétique sans doute mais plus travaillé et enthousiasmant. Le hasard qui jette dans nos oreilles ceci et Aaron le même jour est bien cruel de montrer la version réussie (celle-ci donc) et la loupée d’un même style.

Il en ressort une propension à sortir les morceaux d’eux-mêmes. Quand Make It To The Moon commence sur un mode acoustique, on sent, on sait qu’il évoluera, et c’est le cas, avec des cordes synthétiques qui viennent rehausser le morceau sans l’alourdir. Ces morceaux évoluent donc, mais chacun à leur façon. Si Noyé commence en balade, il s’étend sur un chorus majestueux. Ces sons qui soutiennent ces densités sont vraiment réussis (Make It To The Moon par exemple) et apportent un intéressant contrepoint à la délicatesse du chant.

Le gimmick du magnifique When The Noise Becomes Too Loud permet d’installer une tension immédiate et modulable. Sa façon de faire permet de faire monter les morceaux sans recourir à de la distorsion (Wind Up Toy) ou de les laisser être délicats (Lungs) ou légers (Stories To Tell). Mais il faut des morceaux costauds pour ça, pour supporter la densification. Et un grand sens mélodique est un atout indéniable sur Wind Up Toy.

On juge un album à ses plus hauts faits, c’est une habitude mais un album est excellent quand les morceaux qu’on n’avait pas remarqué spécialement au début remontent dans l’estime avec les écoutes. C’est ce qui se passe sur Shattered Ground et ses cordes soyeuses. Donc la compétence est une qualité qui se polit, et qui se confime ici. Les réussites dans le genre s’appellent Loney, Dear ou Low Vertical, et on peut y ajouter cet étrange patronyme. On est clients du genre, certes, mais tout le monde va y gagner à l’écouter.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)