Accueil > Musique > 2020 > I Am Stramgram - When The Noise Becomes Too Loud

I Am Stramgram - When The Noise Becomes Too Loud

vendredi 9 octobre 2020, par Marc


La sortie de ce nouvel album était initialement prévue en avril avant qu’étrangement, les plans soient changés… Ca doit être sacrément frustrant de reporter tout ça quand on a un album pareil sous le bras. Parce que ceci fait partie de nos albums préférés de l’année en cours. On avait déjà dit tout le bien qu’on pensait de l’album précédent de Vincent Jouffroy et ceci est sans doute encore mieux, différent mais plus affirmé.

Ce qui a changé surtout, c’est le son. Sur Tentacles, on sentait qu’un homme seul était à la manoeuvre. Le son de l’album solo, c’est ma seule explication, sensation déjà perçue chez une autre réussite, The Callstore. Ici, exit les montées sur guitares distordues, le son se fait plus enveloppant, un peu plus synthétique sans doute mais plus travaillé et enthousiasmant. Le hasard qui jette dans nos oreilles ceci et Aaron le même jour est bien cruel de montrer la version réussie (celle-ci donc) et la loupée d’un même style.

Il en ressort une propension à sortir les morceaux d’eux-mêmes. Quand Make It To The Moon commence sur un mode acoustique, on sent, on sait qu’il évoluera, et c’est le cas, avec des cordes synthétiques qui viennent rehausser le morceau sans l’alourdir. Ces morceaux évoluent donc, mais chacun à leur façon. Si Noyé commence en balade, il s’étend sur un chorus majestueux. Ces sons qui soutiennent ces densités sont vraiment réussis (Make It To The Moon par exemple) et apportent un intéressant contrepoint à la délicatesse du chant.

Le gimmick du magnifique When The Noise Becomes Too Loud permet d’installer une tension immédiate et modulable. Sa façon de faire permet de faire monter les morceaux sans recourir à de la distorsion (Wind Up Toy) ou de les laisser être délicats (Lungs) ou légers (Stories To Tell). Mais il faut des morceaux costauds pour ça, pour supporter la densification. Et un grand sens mélodique est un atout indéniable sur Wind Up Toy.

On juge un album à ses plus hauts faits, c’est une habitude mais un album est excellent quand les morceaux qu’on n’avait pas remarqué spécialement au début remontent dans l’estime avec les écoutes. C’est ce qui se passe sur Shattered Ground et ses cordes soyeuses. Donc la compétence est une qualité qui se polit, et qui se confime ici. Les réussites dans le genre s’appellent Loney, Dear ou Low Vertical, et on peut y ajouter cet étrange patronyme. On est clients du genre, certes, mais tout le monde va y gagner à l’écouter.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)