Accueil > Musique > 2021 > LNZNDRF - II

LNZNDRF - II

mercredi 24 février 2021, par Marc


On l’a déjà mentionné lors de la sortie de leur premier album, ce peu affriolant patronyme est le projet des frères Scott and Bryan Devendorf (The National), Ben Lanz et Aaron Arntz (tous deux de Beirut). Bref, des artistes qui n’occupent pas les avant-postes de leurs formations de base mais dont la contribution est incontestable. On avait pressenti après leur album éponyme qu’on entendrait parler d’eux à nouveau.

Une des raisons était que le son et le résultat étaient tellement différents de ceux de leur maison-mère qu’il n’y avait pas de conflit de style possible. Soit tout l’inverse de l’escapade plus ou moins solo de Matt Berninger qui avait prouvé par l’absurde que l’incroyable talent de The National avait besoin de toutes ses composantes.

Il faut attendre près de quatre minutes pour que la basse ne déboule et qu’on retrouve cette inclination krautrock qui nous avait déjà plu et qu’on retrouve tout au long de l’album mais pas comme une référence nostalgique, plutôt comme un gage de tension, qu’ils arrivent à maintenir sans avoir à forcer le tempo. Pour fixer les idées, essayez d’imaginer que Dan Deacon prenne ses cachets, gardant tout de même occasionnellement une délectable énergie (Chicxulub) qui jamais ne se fait hystérique. Ils peuvent de la même manière réussir le rock plus sombre de Brace Yourself ou plus planant de You Still Rip.

Tout comme la musique du trublion de Philadelphie, LNZNDRF (ça doit valoir un paquet de points au Scrabble…), n’est pas un projet instrumental, ça chante pourtant sur presque tous les morceaux. Les voix sur Ringwoodlite font presque penser à Animal Collective même si la solidité du reste l’en éloigne évidemment. Le chant de Stowaway est aussi plus rêveur avant qu’un solide bourdonnement vienne remettre de l’ordre d’une façon que ne renierait pas Wire. Le ton détaché du chant qui n’est pas le point d’attraction comme chez The National est ici clairement un atout, pouvant conférer une belle majesté des morceaux plus lents comme Cascade, avec des brouillards de guitare qui vrillent.

On en a la confirmation éclatante, LNZNDRF est bien plus qu’une récréation de musiciens doués. Le groupe a en deux albums imposé une personnalité certaine, bien éloignée de celle des formations de base. On aimerait continuer à recevoir de leurs nouvelles via de bons albums comme celui-ci.

http://lnzndrf.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • LNZNDRF - II 25 février 2021 11:05, par Laurent

    Aussi anachronique qu’excellent ! Merci Marc, j’ai vraiment apprécié la découverte (je prends le train en marche pour ma part). Et ton petit taquet à Matt Berninger est d’une lucidité certes cruelle, mais totalement justifiée (et assez délectable, j’avoue ^^).

    repondre message

    • LNZNDRF - II 26 février 2021 17:14, par Marc

      Ce n’est vraiment pas un groupe très exposé mais on sent qu’ils ont un concept et une envie commune et communicative.

      Si mes souvenirs sont bons , Pitchfork avait déclaré que Matt Berninger était le maillon faible de son propre album solo. Pas gentil tout ça...

      repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)