Accueil > Musique > 2005 > New Order : Waiting For The Siren’s Call

New Order : Waiting For The Siren’s Call

lundi 21 août 2006, par Marc


Replaçons les choses dans leur contexte : New Order, né sur les cendres de Joy division après le suicide du chanteur Ian Curtis, a participé à l’avènement de la musique électronique en l’incorporant à la new-wave ronronnante de l’époque. Des morceaux comme Bizarre love triangle ou Blue Monday appartiennent à la crème de la musique de club des années ’80. Procurez-vous une compilation de leurs oeuvres passées si vous n’ne avez pas encore, ça fait partie des vraiment incontournables, ceux qu’on peut ne pas aimer mais pas ne pas connaître.

Sur cet album, New Order prend son temps, les quatre premiers morceaux s’étendent comme sur le Carnival of lights de Ride par exemple. Les longs passages instrumentaux se révèlent plus digestes puisque le son est toujours aussi personnel et bon (Krafty). Parfois, on guette le changement au détour d’une intro (Dracula’s castle) mais le son de guitare qui n’appartient vraiment qu’à eux reprend le dessus, ainsi que le rythme pareil aux six précèdents.

Le chant de Bertrand Summer marque toujours le pas, et souffre de mélodies parfois trop complexes pour lui (Jetstream), comme étant composées pour un Morrissey qu’il n’est pas.

Guilt is a useless emotion
rend un peu de rythme et rappelle que c’est à la conquête des dancefloors que New Order doit sa réputation. Notons quand même qu’ici l’inspiration est un peu passée. Dans le même ordre d’idées, le reggae synthétique de I told you so rate la cible.

il faut ici que j’avoue que j’ai toujours trouvé New Order exagérément léger (rendant pour moi Morning Night And Day ou Jetstream par exemple assez fastidieux), pop trop digeste comme pour faire oublier le spectre de Ian Curtis. Quand ils s’y mettent cependant c’est très prenant comme ils l’ont prouvé dans le passé avec Turn my way (avec Bill Corgan), Leave Me Alone ou les reprises de Sister Ray du Velvet underground).

Une trop grande uniformité plombe un peu cet album fort léger, qui vous accompagnera sur la route mais s’oubliera dès le contact coupé. Annoncé comme le plus grand album depuis le Republic de 1989, il témoigne de l’indéniable savoir-faire de ses auteurs mais n’apportera pas de public nouveau a ce groupe qui fut essentiel et profite de son élan pour donner une musique hors du temps. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)