Accueil > Musique > 2022 > Florent Brack - Faces

Florent Brack - Faces

vendredi 15 avril 2022, par Marc


On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses à l’entame d’une écoute permet de garder une oreille neuve. Ce qu’on peut déduire de ce genre d’information, c’est que le garçon sait chanter.

On n’a pas l’habitude d’écouter des albums de musique pop radiophonique. Les codes sont forcément différents et les enchainements sont déroutants, tant les morceaux sont calibrés pour que les gimmicks soient immédiatement fournis. Exit donc les longues intros, quitte à faire ressembler l’album à une compilation de genres différents. Mais c’est bien produit et le choix d’un album court (33 minutes) est payant.

Surtout que la variété est forcément au rendez-vous. Outre les morceaux qui claquent plus comme Unstoppable déjà mentionné ou le plus flashy I Wanna Know, on retrouve en contrepoint la ballade bien fichue Dawson. On la préfère à Leave This Life qui bascule dans le côté knuffel de la force.

Entre les deux le mid-tempo After The Rain semble forcément plus anodin mais reste impeccable, notamment grâce à la chaleur de la voix. Pour le reste, il ne recule pas devant un peu de cuivres (Sorry) et gratifie le sautillant Forever Young avec ses ho-ho parfaitement sympathiques.

S’aventurer hors de nos plates-bandes, ce n’est pas écouter des albums barrés et expérimentaux, c’est au contraire se frotter à des artistes qui pourraient rencontrer le succès et qui taillent leurs albums en conséquence. On ne va évidemment pas dire qu’on est le public-cible pour cette musique radiophonique en diable, que vous entendrez sans doute à des moments où vous ne choisissez pas vous-même la musique. Pourquoi ceci et pas des choses proches et qui nous laissent de marbre ? Difficile à dire. Mais dans les limites de l’exercice, cet album de Florent Brack passe d’un coup d’un seul. Il ne faut pas oublier que c’est un premier album et le métier est déjà là. Si cet univers-là s’étoffe par des collaborations, on va suivre ce que Florent a encore à nous dire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Lauren Mann - Dearestly

    Dans un monde logique, I Lost Myself devrait être connu et Lauren Mann aurait une réputation à la hauteur de ce qu’elle produit. Mais bon, il faut accepter cette part d’ingratitude j’imagine. Ceci dit, elle est un peu tempérée par le fait que cette chanson a remporté un prix au reconnu CBC Searchlight contest, ce qui est déjà une reconnaissance.
    Pourtant, Lauren Mann a décidé de sortir son album directement, sans annonce préalable, sur Bandcamp et en prix libre, pensant à juste titre que ce sont les (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)