Accueil > Musique > 2006 > Abd Al Malik : Gibraltar

Abd Al Malik : Gibraltar

mardi 29 août 2006, par Marc


L’écoute d’une compilation des Inrockuptibles (celle fournie avec le numéro 554 et intitulée Un Eté 2006) peut avoir des effets étranges. Par exemple, de se procurer un album de Hip-hop français. La faute en incombe à Gibraltar, son gimmick imparable qui n’est pas éloigné du fameux Jaguar de DJ Rolando pour ceux à qui ça peut évoquer quelque chose, son thème fort et son traitement humain mais pas désespéré (je soupçonne quand même une fameuse dose d’ironie). On est plus surpris de songer au Jacques Brel et à son légendaire Amsterdam. C’est qu’il y a du souffle là-dessous.

Du rap hexagonal qui ne constitue pas à proprement parler mon domaine de compétence de prédilection, on ne retrouve fort heureusement ni l’imitation cheap du r’n’b américain ne de slogans anti-police primaire. C’est d’ailleurs ça qui rend l’écoute agréable de bout en bout (à doses homéopathiques cependant). Le flow est fort proche de la langue parlée (Les Autres), sur le ton du souvenir, de la confidence.

On suit donc un français d’origine africaine au quotidien. Sa vision à hauteur d’homme est souvent touchante mais le ton souvent premier degré le fait virer parfois au prêche nunuche. Mais quand le témoignage est sincère (Soldat De Plomb, Il Se Rêve Debout) il atteint sa cible. Il faut avoir touché la délinquance pour en parler. Témoigner, pas en faire l’apologie comme dans le vulgaire et horripilant Gangsta-rap.

La Gravité est à la limite du slam, avec juste un petit piano comme accompagnement. J’ai toujours trouvé ce genre plutôt culotté. Mais avec ses limites qui sont celles de la poétisation à outrance.
Evidemment, pour les non habitués, écouter quinze titres d’un album de rap au premier degré d’une traite est éprouvante, d’autant que si les titres agréables ne manquent pas, la répétition des thèmes, du débit et des angles d’attaque peut vite lasser. Mais à doses raisonnables, on peut en profiter sans arrière-pensée. D’autant que musicalement c’est soigné. Jamais indigne en tous cas.

Le délire mystique de l’Alchimiste a toutes les chances de fortement m’énerver et c’est le cas. La religion, même en filigrane, m’horripile souvent en musique. Dont acte.

J’aurai donc critiqué un album auquel collabore Wallen (sa copine dans la vraie vie en fait) sur un Adam et Eve naturaliste et pas transcendant. La vie est bizarre parfois.

Voilà, si vous voulez vous frotter à ce qui se fait en rap dans notre langue, ceci est recommandable, actuel et sincère. Tout n’est pas bouleversant, certes, mais Gibraltar (le titre) donne d’emblée une belle pêche. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)