Accueil > Musique > 2006 > The Killers : Sam’s Town

The Killers : Sam’s Town

lundi 16 octobre 2006, par Marc

C’était donc bien des Américains...


Il nous avait suffi de quelques secondes, celles de l’introduction de Jenny Was A Friend Of Mine (qui reste un de mes morceaux favoris dans l’absolu), pour que Fred et moi puissions apprécier The Killers. C’était en début d’après-midi le premier jour du Pukkelpop 2004. Puis le premier album est sorti et il y avait au moins deux autres tueries en plus du morceau précité (Mr Brightside et Somebody Told Me) sur Hot Fuss. Mine de rien, on en a fait un habitué de nos oreilles, les jours où la prise de tête n’était pas de mise.

Tout ce préambule pour expliquer qu’on ne va pas régler le cas des kids de Las Vegas en un coup de cuiller à pot. L’entrée en matière est la plage titulaire. On ne le sait pas encore, mais cette preuve un peu baroque et décomplexée du nouveau Killers est emblématique du reste de l’album. Le temps de 49 secondes de respiration sur Enterlude et on plonge dans le single When You Were Young déjà souvent entendu à la radio. Il n’a certes pas le caractère immédiat des excellents singles du premier album mais la volonté d’en mettre plein la vue est indéniable.

On peut croiser du rock plus basique sur For Reasons Unknown ou Uncle Johnny qui tente en même temps de rééditer la basse de Jenny Was A Friend Of Mine. On a quand même du mal à digérer ce gros son, certes au goût du jour, mais trop lourdingue pour jouer autre chose que le remplissage d’album. On remarque leur patte qui s’affirme donc, mais est employée juste pour sauver un album de l’anecdote, pas pour le transcender.

Quand un groupe récent essaie d’insuffler de l’épique dans ses morceaux c’est immanquablement à U2 qu’on songe. C’est flagrant sur Read My Mind qui reste, grâce à une conviction supérieure, à supplanter les il est vrai faiblardes productions récentes des Irlandais. Dans le même ordre d’idées, on songe au dernier Muse, celui de la démesure. Il y a ici un peu plus de recul mais c’est les même excès qui le plombent. Reconnaissons quand même un talent mélodique rare à ces prétentieux parangons du rock outre-Atlantique.

Si le premier album apportait une certaine épaisseur du son à des compositions s’inscrivant dans la lignée des groupes anglais de l’époque, leurs racines américaines confèrent ici un manque de complexes (et donc de modestie) à des compositions plus faibles dans l’ensemble. Il faut en effet une confiance en soi hors normes pour oser les choeurs et le renfort de cuivres de Bones ou ceux de River Is Wild, voire le presque kitsch Bing (Confessions Of A King). C’est le côté qui pourra apparaître comme le plus attirant pour certains (pas moi). Un album mené bannière au vent, avec la certitude de tout renverser sur son passage. C’est l’état d’esprit qui peut générer des albums comme celui-ci. Par exemple, le refrain de Exitlude est destiné à être repris en choeur dans les stades. C’est quand même assez culotté d’afficher de telles ambitions mais The Killers avait abdiqué dès le début toute tentative d’intimité. Un morceau comme River Is Wild enregistré il y a deux ans aurait été plus facile à avaler sans doute, c’est ce qu’on se dit en tous cas. Il en va des groupes comme des réalisateurs de films ; les oeuvres moins réussies donnent un éclairage suspicieux sur le reste.

A ce propos, Fred me souffle avec raison que les réussites du premier album étaient aussi dues à l’ironie décalée de ses paroles (Jenny Was A Friend Of Mine, Mr Brightside). On a beaucoup moins ça ici et le charme en est diminué d’autant.

The Killers ne s’est certes pas transformé en mauvais groupe, loin s’en faut, mais ce Sam’s Town me semble trop ampoulé et dénué de titres catchy comme sur Hot Fuss pour séduire. Le son bigger than life ne suffit pas et m’écoeure même un petit peu. L’écoute intégrale de l’album me laisse KO, songeur et en quête de simplicité et de modestie. En un mot comme en mille, je ne suis pas convaincu.

Sam’s Town est un album clinquant, au son dense et puissant, mais ces artifices ont du mal à cacher un certain manque de qualités intrinsèques d’écriture. L’absence d’un titre emblématique à la hauteur des sommets du premier album apparaîtra donc comme un défaut vraiment rédhibitoire. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The Killers : Sam’s Town 28 octobre 2010 16:04

    WHEN YOU WHERE YOUNG JUSTE MAGIQUE. READ MY MIND, BONES... COMMENT PEUT ON DIRE QU’ IL ’ Y A PAS DE MORCEAU AUSSI PERCUTTANTS QUE LE PREMIER ALBUM ? SAM’S TOWN EXCELLENT ALBUM COMME TOUJOURS.

    repondre message

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)