Accueil > Musique > 2007 > Gruff Rhys : Candylion

Gruff Rhys : Candylion

jeudi 15 mars 2007, par Marc

La revanche du lion rose


Le premier contact qu’on a avec un album, c’est sa pochette. Voyez-y de la régression si vous voulez mais je la trouve fort réussie. De plus, elle est en bonne adéquation avec son contenu. On n’est donc pas trompés sur la marchandise et j’y ai trouvé ce que j’y cherchais.

Derrière le cocasse (véritable) nom de Gruff Rhys se cache le chanteur des Super Furry Animals. Si l’album de ces derniers ne m’avait pas exactement séduit, les morceaux disponibles de ce Candylion avaient attiré mon attention. Il s’agit de sa seconde tentative solo. La première étant entièrement en Gallois, elle m’avait échappé. Il reste deux titres dans cette langue, l’entraînant Gyrru Gyrru Gyrru et Ffrwydriad Yn Y Ffurfafen fait quand même un peu compote de lettres. Cette mention n’est pas anodine puisque les regrettés Gorki’s Zygotic Mynci qui s’exprimaient dans ce dialecte déroutant avaient aussi un univers barré et loufoque qui peut y être associé.

La volonté de départ était de faire un album pour enfants. On échappe heureusement aux horripilantes berceuses que nous ont infligées en leur temps Bénabar, Renaud ou Miossec et ça c’est une bonne chose. Les enfants qui auront la chance d’écouter ça seront des petits veinards. C’est que la bonne surprise, c’est que le tout est léger, fort bien emballé.

Le psychédélisme des Super Furry Animals ne m’avait pas attiré mais quand comme ici il est baigné de folie douce, de bonne humeur et dénué de prétention, je retrouve le sourire. Les procédés sont parfois les mêmes, les sons aussi, mais on aborde le genre par la face amusante. On se doute que cibler un public jeune n’est qu’un prétexte facile pour se laisser aller à ses penchants ludiques. Et on se rend compte très vite qu’à part quelques morceaux, on n’est pas dans la chanson spécialisée. Il y a trop d’invention dans ces arrangements pour que tout le monde n’en profite pas.

Comme toujours, il y a des morceaux qui fonctionnent mieux que d’autres. Isolons Lonesome Words avec ses percussions qui emballent le morceau et en font une gigotante réussite. Le morceau suivant (Cycle Of Violence) essaie d’appliquer les mêmes recettes mais y réussit moins. C’est un bon exemple du fragile équilibre qui existe entre une franche réussite et un succédané. J’ai aussi passé un bon moment avec Skylon ! qui est la narration cocasse d’un vol stratosphérique perturbé. C’est vraiment plaisant de se laisser raconter une histoire. Evidemment, c’est un peu long (plus de 14 minutes quand même) et répétitif mais le genre s’en accommode très bien.

Pour pleinement profiter de l’ambiance de cet album, il vous faudra un peu baisser la garde et ne pas chercher ce qui ne s’y trouve pas. Mais comme la récréation est dans l’esprit et pas la réalisation, il est possible d’en tirer le meilleur. Et voire des allusions à certains Pink Floyd acoustiques de leurs débuts (Beacon In The Darkness).

Certes ce bonbon-lion n’est pas destiné à faire un raz-de-marée lors des classements de fin d’année, mais comme c’est présenté comme délibérément léger et que les morceaux ont été soignés, je le prends comme une pause bienvenue. Il n’y a qu’à jeter un coup d’œil aux critiques précédent et suivant celle-ci pour se convaincre qu’un peu de rose bonbon (pas la boisson hein...) puisse me faire du bien.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)