Accueil > Critiques > 2008

Tapes ’n Tapes - Walk It Off

mardi 15 avril 2008, par marc

Heureuse déception


C’est classique : on veut retrouver dans un nouvel album d’un groupe qui nous plait les ingrédients qui vont nous permettre de l’aimer à nouveau. Mais dans ce cas-ci, c’est uniquement une fois la surprise et, osons le dire, la déception passée qu’on peut appréhender plus sereinement la spécificité de ce second album.

Ce qui déconcerte, c’est que l’esprit n’est plus vraiment le même, passant d’un folk-rock râpeux, réminiscent aussi bien des Pixies que des Violent Femmes à une composition plus linéaire, plus fouillée mais plus fouillis aussi. Exit donc les brusques changements qui faisaient le sel de The Loon. Fort heureusement, ils gardent une personnalité, due au jeu de guitare et de voix. Au son un peu crade aussi. Mais c’est cohérent avec le côté brut de la démarche.

Le single annonciateur, Hang Them All, montre une belle énergie, mais sans se hisser aux standards du premier essai. Il faut dire que The Insistor est sans doute de ces chansons qu’on pourra ressortir sans trop de gêne dans dix ans. On ne fait pas de bons albums avec de bonnes idées, mais avec des chansons fortes. Quand ils se contentent de faire rugir des guitares sales, on frôle l’ennui (Blunt) ou le brouillon (Georges Michael). Ils contournent la difficulté sur Demon Apple, dont le début ne fonctionne pas avant de passer à la vitesse supérieure, par la grâce d’un final enlevé. Les morceaux tendus nécessitent de l’intensité pour ne pas être juste énervants. Ils en injectent donc à l’aide des guitares acérées dans The Dirty Dirty et ça fonctionne. De même ils se ménagent des moments de bravoure (Lines), des montées au filet au bluff sans se laisser déborder.

Sur des morceaux agréables comme Conquest ou Say Back Something, on pourrait les qualifier d’une version garage de Spoon. Sans l’excellence ni surtout la constance des Texans cependant. S’ils sont un peu moins à l’aise dans les balades (Time of Songs), Damon Albarn n’aurait pas reniée Anvil qui est plutôt réussie dans sa subtilité.

C’est au fil des écoutes que cet album se révèle. Un peu hermétique d’abord, il libère peu à peu ses secrets. Mais dans la foulée d’un premier album brillant, il marque, si pas un essoufflement, au moins une phase de tâtonnements.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)