Accueil > Musique > 2010 > Micky Green - Honky Tonk

Micky Green - Honky Tonk

lundi 8 mars 2010, par Laurent

Qui peut le plus peut le moins


Tout le monde l’aura remarqué : à une ou deux vagues de froid ou tornades près, les beaux jours sont de retour. Et comme on ne va pas passer le mois de mars à faire tourner en boucle Le Printemps de Vivaldi ou Peer Gynt de Grieg, il y a un moment où notre soif de pop ensoleillée refait surface. La presse anglaise, toujours prompte à étancher tout ce qui fait saliver ses lecteurs, s’extasie donc dernièrement sur quelques nouveaux noms.

D’abord, on nous promet monts et merveilles du "Family Jewels" de Marina & the Diamonds, à ne pas confondre avec la machine à Florence. Si vous considérez que Kate Nash a révolutionné la britpop et que Ke$ha est la nouvelle Madonna, il y a de l’espoir (on aurait dû l’appeler Kena$ha, tiens). Sinon, rien de brillant sous le soleil. Next ! Plus récemment, on nous bassine avec le disque trop-super-attendu de la nouvelle sensation Ellie Goulding. Parce qu’elle s’est acheté une boîte à rythmes et chante comme Lene Marlin ? Ouais, c’est ça. Allez... next !

Résultat, on se retrouve à considérer Micky Green comme une valeur-refuge – phénomène naturel en période de disette – pour le souvenir agréable mais imprécis qu’avait laissé son premier album "White T-shirt". Difficile de trouver, dans la conjoncture actuelle, meilleure pourvoyeuse de pop printanière que l’Australie : que voulez-vous, c’est l’été aux antipodes, et qui peut le plus peut le moins. Premier constat : la fraîcheur est bien au rendez-vous de ce "Honky Tonk" et Micky Green a le bon goût de ne jamais la confondre avec un optimisme béat. Pas de tube d’été donc, mais un dosage réussi de guimauve et d’amertume. Comme disait Francis, on doit être hors saison, et c’est de circonstance.

Au programme, Micky Green claque des doigts sur presque tous les morceaux – qui dépassent rarement les 3 minutes – et quand elle ne le fait pas, ça claque quand même : baguettes, vibraslap, cow-bell, clochettes, la panoplie est complète mais jamais envahissante. Il y a aussi, en quelques occasions, des cuivres façon John Barry (The Game, No Line) ou Henry Mancini (Scaredy Cat). Pour le reste, on se régale quand c’est épicé (l’orgue fidèle de T.L., les chœurs miauleurs sur Remember, le refrain à la Womack & Womack de Homesick), mais il faut bien admettre que la chanteuse peine à maintenir l’attention sur la seconde moitié du disque, nettement plus fade.

Dommage... on aurait bien voulu pouvoir chanter « Hey Micky you’re so fine, you’re so fine you blow my mind ! » comme dans la chanson de Toni Basil. La pop intelligente ne court pas les rues, et celle de l’Australienne ne fait pas le trottoir non plus. Peut-être qu’à se vouloir subtile, elle en devient cependant trop sage, du moins sur la longueur. C’est un des revers les plus anecdotiques des récents bouleversements climatiques : à exhiber ses chansons sous des cieux contrariants, on finit par ne plus trop savoir comment les habiller.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)