Accueil > Musique > 2010 > Joy As A Toy - Valparaiso

Joy As A Toy - Valparaiso

lundi 7 juin 2010, par Marc

La danse du neurone


En assez peu de temps, le petit label Cheap Satanism est arrivé à faire sortir du bois quelques formations atypiques. Evidemment, ils me tiennent bien au fait de leurs productions, mais on peut dire qu’avec Keiki, Mrs Okkido ou Trike, je n’ai pas eu à me plaindre. Ils ont cette fois dégotté un trio composé de Gilles Mortio, Clement Nourry et Jean Phillipe De Gheest qui est bien décidé à ne pas se laisser imposer quoi que ce soit. On me souffle que ce sont d’excellents musiciens et c’est ce qu’un concert m’a confirmé. Et puis il en faut de la maitrise pour sortir un 12345.

Dans une courte période de ma folle jeunesse, je me suis frotté au rock ‘alternatif’. Ce qui se trouvait sur les cassettes démos était neuf fois sur dix presque inécoutable (dans les deux acceptions du terme). Maintenant, des groupes aussi bien fichus que celui-ci peuvent passer inaperçus. Je ne suis pas un redresseur de torts mais j’ai toujours estimé que mon rôle consistait à organiser la rencontre entre un groupe et un auditorat. A vous de voir donc si vous allez vouloir un premier rencart.

Le label arrive toujours à sortir de chouettes étiquettes. Cette fois-ci ce sont les termes de vampire rock et tennis-pop qui ont été lâchés. On n’apprend donc toujours aussi peu sauf que c’est difficile à classer. On sent la grande liberté du projet, qui leur permet d’alterner morceaux plus syncopés et petites douceurs comme Call Me Holly ou Hésitation (plus réussi). Sea Of Love combine les deux, ce qui en fait un morceau lent et un peu imprévisible. Ce n’est pas le plus agréable donc. Comme toutes les formations un peu atypiques, on peut y accoler encore bien des termes. De la kraut-pop, math-pop. Pop parce que le son est doux, non distordu. Parfois proche du délire d’un Xiu Xiu sans le terrorisme et la voix très typée.

Le rythme est souvent ce qui tient les morceaux debout, comme Valparaiso. Il y a aussi du vibraphone un peu partout, ce qui donne un air plus policé à bien des morceaux. Des voix nunuches décalées par rapport au propos (Deep In Your Ass), c’est souvent mieux que le contraire (que personne ne pratique, du reste). Il y a d’ailleurs sur ce morceau quelques moments de bravoure guitaristique. Il est symptomatique de constater que ces moments-là ne peuvent se concevoir qu’au second degré de nos jours. Comme ce moment « série Z » sur le poétiquement nommé L’Attaque Des Vampires Suceuses De Sang.

Bien balancé entre une pop qui part dans plein de directions et un humour qui leur fait garder la tête froide, Joy As A Toy est bien plus qu’une diversion de musiciens doués, un petit ovni musical qui vous fera secouer les neurones en rythme.

http://www.myspace.com/joyasatoy
http://www.cheapsatanism.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Joy As A Toy - Valparaiso 7 juin 2010 10:17, par Cheap Satanism Records

    Juste une petite correction : Mrs Okkido n’est pas sorti sur Cheap Satanism Records. C’est sorti sur b.y_records, label derrière Le Baron 5, Turner Cody et Stanley Brinks, avec qui le fondateur de Cheap Satanism Records collabore également. C’est néanmoins grâce à Mrs Okkido dans lequel jouait Gilles Mortio et Clement Noury, que Cheap Satanism Records a déniché Joy AS A Toy.

    repondre message

  • Joy As A Toy - Valparaiso 7 juin 2010 12:14, par mmarsupilami

    Je m’en veux un peu, mais j’avais déserté rapidement leur concert de l’Atelier Clause. D’une part, il était tard et il restait de la route à faire. D’autre part, je n’aurais guère été réceptif après la prestation d’Extra Life. Bref, des circonstances indépendantes de la qualité du groupe, donc. Je vais écouter le disque sans faute...
    La petite réponse en-dessous m’apprend indirectement que Turner Cody a donc publié un nouvel album, ce qui est à priori une bonne nouvelle...

    repondre message

    • Joy As A Toy - Valparaiso 9 juin 2010 17:40, par Marc

      @Cheap Satanism

      Comme j’ai eu tous ces albums via le même canal, je me suis un peu emmêlé les pinceaux. On a profité de ces précisions pour apprendre des choses en tous cas, merci pour la remarque.

      @mmarsupilami

      J’imagine bien qu’après Extra Life la concentration prenne un coup dans l’aile. En parlant de ça, j’ai eu l’occasion de les voir malheureusement, j’étais trop bourr... heu... pas assez attentif pour en livrer plus qu’une impression positive non argumentée...

      repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)