Accueil du site > Musique > 2010 > The Black Keys - Brothers

The Black Keys - Brothers

mercredi 26 mai 2010, par Laurent

Darwinisme musical


Le cas des Black Keys m’a toujours posé un très simple cas de conscience : pourquoi s’intéresser à un autre duo garage blues quand on a les White Stripes ? C’est la même réflexion naïve qui m’a poussé à ignorer poliment la discographie d’autres groupes basés sur le même schéma guitare / batterie, depuis les antipodes de Blackwater Fever jusqu’à nos compatriotes de Black Box Revelation ; bref, que des gens qui déclinent le blues dans toutes les nuances du « black » pour tenter de faire oublier un certain Jack White. Et puis, une vacance s’est révélée depuis que ce dernier investit la même énergie dans ses projets parallèles. Alors que The Dead Weather publiait donc son deuxième album en moins d’un an dans un registre plus franchement hard, l’occasion était trop belle de combler ce manque de rock primitif que le sixième album des Black Keys serait plus qu’à même de satisfaire.

Primitif, encore que... adepte d’un darwinisme musical qui exclut la survie des espèces trop conservatrices, voilà un bon moment que la paire formée par Dan Auerbach et Patrick Carney a évolué vers un son moins brut de décoffrage en passant de la cave au studio, flirtant plus que de raison avec le hip-hop en faisant produire le précédent “Attack & Release” par Danger Mouse et surtout, en empruntant la voie interculturelle sur le génial projet Blakroc. Fruit de cette généalogie enrichie, “Brothers” est sans conteste l’album le plus varié du duo d’Akron, fidèle à ses fondamentaux comme à ses aspirations universelles. En reprenant les rennes de la production – régulièrement assistés par le pionnier Mark Neill – les Black Keys démontrent qu’ils peuvent rester convaincants sans renier leurs origines ni exclure le mainstream.

Un questionnement s’impose cependant : que faut-il penser du fait que le meilleur titre du disque – l’ultratubesque Tighten Up, annoncé par un clip fauché désopilant et renforcé par un nouveau clip aussi drôle – soit le seul produit par Danger Mouse ? Une deuxième collaboration plus consistante – sur la longueur d’un album, donc – aurait-elle prolongé cette alchimie ou décrédibilisé le groupe ? Les idées que Brian Burton s’en est allé diluer sur le médiocre effort de Broken Bells auraient-elles pu faire de “Brothers” un petit chef-d’œuvre ? On ne saura sans doute jamais à côté de quoi on est passé, mais les écoutes en boucle de Tighten Up n’en finissent pas de transformer nos conjectures en tortures. D’autant que l’album exhale un autre parfum de regret en s’étirant inutilement sur 15 titres, ce qui en fait sans doute bien deux de trop.

Pour le reste, le dosage est familier et fonctionne à merveille : au moins deux riffs monstrueux (Howlin’ for You, qui pompe sa rythmique sur le Rock n’ Roll de Gary Glitter, et le down-tempo irrésistible d’Unknown Brother) ; la reprise d’un standard soul (Never Gonna Give You Up de Jerry Butler) ; une ballade incapable de ralentir (The Only One, qui rappelle le versant apaisé de The Heavy) et un slow vraiment habité (Too Afraid to Love You, franchement pas éloigné de Gnarls Barkley) ; plus quelques incendies comme peuvent en allumer les Cold War Kids (Next Girl, She’s Long Gone,...). Bref, ça brûle sans sentir le réchauffé, parce que les Black Keys font partie de ces gens qui ont touché et entretiennent le vrai feu sacré, la flamme des grands écorchés qui savent qu’une guitare distordue pleure plus juste quand ses larmes sont sincères : « I am the bluest of blues / Everyday a different way to lose »

Article écrit par Laurent

Share on Facebook

Répondre à cet article

14 Messages de forum

  • The Black Keys - Brothers 27 mai 2010 19:37, par MrMasure

    J’aime bien. Mais bizarrement, ce n’est pas le morceau avec Danger Mouse qui m’a le plus marqué. Je l’ai même trouvé décevant (par rapport à ce que j’en attendais, du moins). L’ensemble est homogène. Ca s’écoute comme du petit lait. Non, j’aime vraiment bien. Même s’il manque le petit truc en plus... Mais pour accompagner la fin du printemps, c’est parfait.

    Répondre à ce message

    • The Black Keys - Brothers 28 mai 2010 07:13, par Laurent

      Ce Tighten Up est un peu traître car il ne s’insinue pas trop vite dans le cortex. Mais une fois qu’il s’y est trouvé un coin douillet, il s’accroche comme un organisme parasitaire et il n’y a plus moyen de s’en débarrasser. J’écoute peu ou prou chaque jour, ces temps-ci, l’album entier, et c’est un plaisir constant ; mais c’est sur la troisième plage que le plaisir est systématiquement extatique. C’est vraiment une sucrerie délicieuse !

      Répondre à ce message

      • The Black Keys - Brothers 28 mai 2010 16:03, par mmarsupilami

        Le plaisir de retrouver des vieux amis qui font toujours bien leur boulot, ça se résume un peu à ça, cet album. Et c’est déjà beaucoup ! Très bonne critique.

        A une petite exception près : j’ai été également pris à la gorge par ce riff venant d’années dont seuls les dinosaures se souviennent et, plutôt que Gary Glitter, la référence qui ma sauté à l’esprit était Suzy Quatro. Qu’en penses-tu, sinon que je te charrie ? _ ;-)

        Répondre à ce message

        • The Black Keys - Brothers 29 mai 2010 08:10, par Laurent

          J’en pense que Suzi Quatro a tout piqué à Gary Glitter qui a tout piqué à Ziggy qui a tout piqué à T-Rex... et que Sweet a tout piqué à Suzi Quatro ! ;)

          C’est vrai qu’on trouve cette rythmique sur à peu près tous les singles glam circa 1972. Mais moi ça me fait toujours penser au fameux "Come on, come on !" de Glitter et au strip-tease dans "The Full Monty" !

          Répondre à ce message

  • The Black Keys - Brothers 30 mai 2010 20:10, par Benjamin F

    Je m’y fais pas à ce disque (et plus généralement à ce groupe). En fait je trouve que ça manque cruellement d’émotion. Ça ne me titille jamais.

    Répondre à ce message

    • The Black Keys - Brothers 31 mai 2010 08:00, par Laurent

      Et pourtant, que de blues, que de blues ! Étonnant que ça ne t’émeuve pas. Écoute, j’ai bien une solution : fais-toi larguer et va prendre quelques bières dans un bouge sordide. Après, on en reparle... ;)

      Répondre à ce message

  • The Black Keys - Brothers 16 juin 2010 21:09, par Le Mik

    C’est drôle, je constate que la plupart des albums qui m’ont marqués cette année, Esprits Critiques en fait une critique mitigée et vos coups de coeur me touchent peu.
    Brothers est vraiment un album exceptionnel de bout en bout et ce malgré les 15 titres. Il ne se résume pas à Tighten Up.
    Et quand je lis des bullshits telles que "il ny’a pas d’émotion qui se dégage de cet album* ça me fait pas marrer. Cette voix extraordinaire de Dan, cette soul ! Tout simplement extraordinaire. Un album qui s’accroche et ne te lache plus.

    Répondre à ce message

  • The Black Keys - Brothers 3 août 2010 14:15, par Ph

    Découvert sur le tard grâce au titre Lies du précédent album, j’ai eu un coup de foudre immédiat pour l’intégralité de Brothers. Acheté en même temps que DNOTS.

    Est-ce l’émoi de la découverte ? Non. Comment ne pas aimer ce son blues-rock classique ? C’est à mes oreilles intemporel, un classique.

    Je n’arrive pas à comprendre que l’on ne puisse pas adhérer totalement.

    Répondre à ce message

    • The Black Keys - Brothers 3 août 2010 17:17, par Laurent

      Comme déjà écrit : 15 titres, ça fait beaucoup ! Mais j’y reviens régulièrement et toujours avec beaucoup de plaisir. J’avoue cependant que dans mon ipod, j’ai raboté l’album de trois ou quatre morceaux et que du coup, ça en fait un disque génial...

      Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0