Accueil > Musique > 2011 > And so I Watch You From Afar

And so I Watch You From Afar

mercredi 18 mai 2011, par Fred

"Maman disait toujours...


... Le post-rock, c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber".

C’est un peu le constat qu’impose ce second album des irlandais de "And so I watch you from afar".

La présentation qui m’avait été faite les plaçait entre 65DOS et Battles, mais la réalité est plus complexe encore.
On retrouve bien les montées et les phases successives du post rock (BEAUTIFULMASTERUNIVERSECHAMPION) et on aura son quota de morceaux à rallonge pour sur ; Le tout supporté comme il se doit par une batterie exceptionnelle, au panel rythmique pléthorique : tantôt syncopée et subtile (7 billion People Alive at Once), tantôt beaucoup plus directe façon metal (Gang) et tantôt beaucoup plus en retrait (sur le relaxant et envoutant Homes -Ghost Parlor KA-6).

Du côté des guitare, si on retrouve un travail de texture à la Mogway par moment (Lifeproof), le substrat, le fond de commerce de ASIWYFA est plus à chercher du côté de Math-rock et du Metal. En attestent d’une part les attaques rythmiques et pizicatti de guitares et de l’autre les gros accords gonflés à l’overdrive.

Mais la véritable surprise vient des pralines au goût prog (7 billion People Alive at Once, les deux Homes - ...). Les irlandais nous emmènent alors vers des mélodies plus longues, plus construites, ajoutant à leur registre des notes d’instruments classiques (flûte, violons). Le groupe insuffle dans ces morceaux construits à la façon d’un Tall Ships une véritable énergie, laquelle porte véritablement les morceau.

Généralement les faiblesses apparaissent lorsqu’un groupe à moins d’idées que de fougue. Ça semble être le cas ici quand les guitares lourdes prennent le dessus sur la composition (Think:Breathe:Destroy) ou quand le batteur se livre à un véritable feu d’artifice malheureux car sans fond pour la justifier (Gangs). Ainsi La puissance quasi vulgaire de quelques morceaux déçoit en comparaison du reste de l’album, plus construit et maîtrisé. Ceci ne nous empêche cependant pas de savourer Search:party:animal avec un plaisir certes coupable. Ce défouloir, ce déchaînement d’énergie sort tout droit d’un film d’action des frères Wachowski.

Vous l’aurez compris, on est ici loin des montées subtiles du dernier This will Destroy You. On n’est pas non plus devant une copie propre et sage comme celle rendue par Mogwai cette année.
Si c’est bien un album de rock instrumental de plus, les additions et expérimentations de ASIWYFA les placent, comme un 65DOS, à la limite de la catégorie post-rock.
Voici donc un album ludique et inclassable qui ne souffrira que de quelques lignes de guitares trop lourdes par moment.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

1 Message

  • And so I Watch You From Afar 29 mai 2011 22:17, par STIKO

    Cette plaque est un cran en dessous de leur excellent premier album mais je ne boude pas mon plaisir, juste en dessous d’excellent , il y a très bon !
    Un album qui ne vous laisse que très rarement respirer, énergique, lourd, virevoltant, qui donne la pêche !!! Ne les manquez pas au rockherk (gratuit) cet été ( ou l’affiche est encore parfaite cette année, swans, two gallants, blood red shoes, die !die !die ! e.a)
    Une petite étoile de plus pour moi.

    repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)