Accueil > Musique > 2011 > Man Man - Life Fantastic

Man Man - Life Fantastic

lundi 30 mai 2011, par Marc


« La pochette m’a bien fait rigoler », c’est ce que je serais obligé de répondre si on me demandait de dire avec sincérité pourquoi je me suis procuré cet album. Un bon album de pop délirante, ça peut toujours servir. Avoir un sourire au premier degré est un plaisir et doit le rester. Visiblement, les protagonistes du jour sont connus pour leur énergie scénique excentrique. Cette énergie versatile plaira sans doute aux amateurs de Menomena, Cloud Cult ou Modest Mouse. D’ailleurs, quand on se renseigne un peu, on apprend qu’ils ont tourné avec ces derniers. De plus (mais c’est une coïncidence), la voix du chanteur Honus Honus (oui oui, ce sont de petits comiques) rappelle celle de Dan Brock. Comme ils viennent de Philadelphie, j’ai pensé aussi aux délires bien plus libres et exigeants de leur concitoyen Dan Deacon.

Une attitude, un ton, voire un concept c’est bien, mais nettement insuffisant pour assurer l’intérêt. Pour ça, il faut des morceaux, de l’intensité, ce que les trois groupes cités peuvent produire sans trop de difficulté apparente. Sans se hisser aux sommets, on peut compter sur de vrais bons moments comme Bangkok Necktie.

Pourtant, tout commence comme un pur morceau pop un peu neuneu. Il faut laisser le temps faire son œuvre, et se laisser emporter par le flot de leur imagination. Mais dès le second morceau, on change d’atmosphère. Ces variations persisteront jusqu’au bout en restant crédible à chaque fois, passant par le steady-rock emballé, sautillant à souhait de Dark Arts à une balade de bastringue (Haute Tropique) en passant par le plink-plink d’Eel Bros, tout en étant prêts à partir comme un seul homme sur la plage titulaire.

C’est de la pop progressive, de la liberté gravée, de l’euphorie placide, de l’organisation foutraque, du délire propre sur soi. Shameless ne se permet que peu d’incartades sur le mode progressif aux vrais extraits de clavier. C’est le morceau lui-même qui est au centre des préoccupations, même si sur la longueur tout ne sera pas mémorable. Et puis au passage, on remarque que ce n’est pas uniquement un collectif de petits rigolos. Dans la pop travaillée, ma mémoire fatiguée m’a ressorti Aqueduct comme point de référence.

La liberté est une qualité quand elle est jumelée à l’envie de prendre ses responsabilités pour en profiter. D’un abord libre et sans complexe, Man Man définit une personnalité propre et attachante, avec de vraies qualités d’interprétation et d’écriture. Il parait que c’est sur scène que ce collectif donne sa pleine mesure, et je veux bien le croire. Mais les albums ne sont pas que des prétextes à partir en tournée mais fournissent une matière première solide. Si vous êtes désespérément en quête d’un album pour briser la mélancolie, ce pourrait être celui-ci.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)