Accueil > Critiques > 2013

Tindersticks - Across Six Leap Years

lundi 28 octobre 2013, par marc


Quand se côtoient dans la liste des albums à critiquer un album des Tindersticks et un de Mazzy Star, on se sentirait en 1993 (même si ce site n’existait pas il y a 20 ans). Mais au lieu de reprendre en légèrement moins bien l’ancienne recette sur de nouveaux morceaux, la bande de Stuart Staples a décidé de réenregistrer dix titres existants. Comme on connait les morceaux par cœur, oui, on peut déceler quelques différences, le violon de She’s Gone par exemple mais bien honnêtement, le lifting n’est pas spectaculaire, même si tout cet album est un ensemble cohérent.

Across Six Leap Years propose une relecture en diagonale des albums. Et encore, seuls quatre des 9 albums studio sont représentés, le solde venant de Lucky Dog Recordings (deux morceaux dont Marseilles Sunshine qui est repris systématiquement en concert) et un single. Pas de morceaux de l’inoubliable premier album mais trois du second. On le voit, pas de logique commerciale, de tentative de best-of ou même de cohérence, même si contrairement à ce qu’on a pu croire le temps de Simple Pleasure, rien ne ressemble plus à un morceau des Tindersticks qu’un autre morceau des Tindersticks. Et là, rien à dire, c’est du pur jus, racé et élégant. Si on ne connaissait pas ces morceaux, ce serait indéniablement un de leurs albums.

Comme les derniers concerts, c’est la lenteur du tout qui frappe. Leur dernier album montrait une telle vigueur retrouvée qu’on s’étonne de les voir retourner à leur torpeur avec autant de facilité. A part Say Goodbye To The City (tiré du Waiting For The Moon de 2003) ou la fin de Sleepy Song, leur veine plus fougueuse a donc été complétement ignorée. N’attendez donc pas Can We Start Again, Drunk Tank, ou Whisky & Soda ni d’ailleurs aucun morceau du premier album. Bon, OK, il y a A Night In, le morceau qui m’avait définitivement attiré dans leurs filets, il y a déjà 18 ans (gasp !) de ça. Comme My Good Deed, comme Neighbourhood, comme This Is The Dream Of Win And Regine, comme I Sold My Hands for Food So Please Feed Me ou Postcards From Italy, ce morceau était une porte d’entrée, un aperçu des splendeurs qu’on est en droit d’attendre d’un groupe de talent. Alors, oui, je l’ai usé comme tous les autres cités, mais ces 5 notes de basse de l’introduction sont toujours un appel pavlovien au recueillement. Et je ne vois aucune raison de ne pas replonger.

Cet album est plus un clin d’œil aux fans qu’un best-of pour ceux qui désireraient se frotter à la désormais imposante discographie du groupe de Nottingham. A ces derniers, on pourra conseiller de procéder de façon chronologique, les trois premiers albums restant des jalons de la pénultième décennie. A tous, on rappellera l’importance du groupe et l’inutilité de ceci.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)