Accueil > Critiques > 2018

One Horse Land - Interesting Times

vendredi 25 mai 2018, par Marc


Finalement, après près de quinze ans de critiques musicales, je connais remarquablement peu d’artistes, et les rares que je puisse saluer sont souvent rencontrées en dehors de ce hobby. Tout ça pour dire que je connais de très loin les protagonistes dans la vraie vie et que c’est assez inhabituel pour moi. La bonne nouvelle, c’est que je ne devrai pas détourner le regard ou la conversation si je les croise par hasard parce que ce qu’on entend sur le second album de la formation bruxelloise m’a plu.

Typiquement dans la ligne éditoriale de ce site (qui se confond depuis plusieurs années avec les goûts personnels de votre dévoué serviteur), One Horse Land livre de la musique folk sans artifice, un peu mélancolique pour que ce soit bon. C’est une musique qu’il faut laisser venir. Elle ne s’échappera jamais mais ne fait pas d’appuyés appels du pied. Par exemple, les boiseries du premier morceau semblent volontairement discrètes. Leur richesse est sous-jacente et jamais clinquante.

Dans le large spectre folk ils se situent entre la facilité et la légèreté d’un Cocoon en moins poppy (Everyone, O How Lucky) et l’ampleur baroque d’un River Whyless (pas la référence la plus parlante, j’en suis conscient). Des premiers ils ont une certaine facilité (Lost and Found), des seconds une expansivité qui s’incarne dans la plus progressive plage titulaire. C’est en effet la bonne nouvelle, on sort nettement du cadre d’une musique pastorale pour plus d’ampleur et d’espace. Ce qui nous vaut au passage un très beau Only Child dont l’intensité réclame un peu d’abandon pour percoler. C’est le prix à payer pour cette belle sobriété jamais morose. Haut la main le moment fort de cet album en tous cas. Entre les deux, il y a de la place pour le très dépouillé Somehow qui montre leur maitrise du picking.

C’est la basse qui structure la plage titulaire et elle sert aussi de lancement à un chorus qui monte en spirale. C’est un des grands moments de l’album et a aussi été la base de l’étonnant projet Cover of the future où plusieurs groupes (tous inconnus de mon bataillon) ont reçu les partitions du morceau avant sa sortie. Disponible sur K7, une préciosité malheureusement en vogue (on attend de pied ferme le retour en force de la DAT), le résultat montre une belle diversité et est de fort bonne tenue. Ce qui témoigne en tous cas d’une volonté de trouver de l’amusement et de l’excitation dans le processus de création.

Bon, on a pris l’habitude de voir venir ce genre de groupe de Portland, Oregon ou du Canada. Sans se profiler en suiveurs d’aucune mode, la formation bruxelloise sait distiller ses charmes à tout qui viendra vers eux. Entre facilité pop et ampleur maitrisée, ils sont une découverte à faire pour ceux qui ont l’habitude de prendre des conseils sur ce site.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)