Accueil > Critiques > 2019

Pierre Lapointe - Pour Déjouer L’Ennui

mercredi 30 octobre 2019, par marc


Étrange trajectoire musicale que celle de Pierre Lapointe. On a connu des albums qui alliaient une émotion littéraire pure et une audace formelle, laquelle pouvait se faire dans les chemins plus (La Forêt des Mal-aimés) ou moins (Punkt) balisés pour un résultat qui marque la chanson française. Et puis il y a eu ces albums en piano-voix, touchants parce que c’est un interprète hors-pair qui peut se frotter occasionnellement sans dommage à des intouchables du patrimoine (Brel, Ferré et Barbara en tête).

Depuis on a eu un mélange des deux sur La Science du Cœur, ce qui nous a donné au passage une renversante plage titulaire. On a vite oublié aussi le défoulement des Beaux Sans-Cœur qui montrait une nervosité musicale qui semblait plus proche des baby-boomers que de gens de sa (de notre) génération.

La charte graphique de la pochette assez comparable avec celle de Paris Tristesse et La Science du Cœur, donc assez réussie et plutôt moderne. Du côté tenues, on est une fois encore proche de l’avant-garde du stylisme, voire de l’art contemporain. Donc, on est assez surpris d’entendre un album aussi sage, voire presque vieillot dans la forme. C’est l’ami Albin de la Simone qui est à la réalisation de cet album et le résultat est forcément sobre. Mais si les excellents derniers albums d’Albin étaient simples, on les a perçus comme intemporels et au foisonnement discret. Le hasard du calendrier veut aussi que cet album sorte en même temps que celui de ses voisins francophones de Corridor et enchaîner les deux revient à passer de Deerhunterà Barbara. Ce n’est pas un jugement de valeur (on adore les deux) mais c’est troublant.

L’enrobage est donc acoustique (Amour ou Songe) et sa façon d’y chanter est pour le moins traditionnelle, avec des chœurs jolis tout pleins et gorgés d’années soixante. Rappelons tout de même qu’il reste un grand interprète. Les mélodies d’ailleurs lui font honneur (Le Monarque des Indes). On connaissait déjà quelques-uns de ces titres comme La Plus Belle Des Maisons qui était sur Paris Tristesse ou Un Cœur Qui Saigne écrite par Félix Dyotte qu’on retrouve avec un plaisir certain. Il y a aussi le très beau duo avec Clara Luciani mais elle qui peut aussi pratiquer une modernité sans complexe sonne aussi un peu vintage.

On avait aimé le piano-voix, voici des versions presque acoustiques. Un album de Pierre Lapointe est d’office impeccable, touchant et sincère mais au double regard de sa production passée et de ce que font certains autres qui fréquentent nos oreilles pour le moment, il est marqué d’un classicisme tel qu’il peut apparaître daté. Ses audaces formelles nous manquent pour tout dire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)