Accueil > Musique > 2019 > Pierre Lapointe - Pour Déjouer L’Ennui

Pierre Lapointe - Pour Déjouer L’Ennui

mercredi 30 octobre 2019, par Marc


Étrange trajectoire musicale que celle de Pierre Lapointe. On a connu des albums qui alliaient une émotion littéraire pure et une audace formelle, laquelle pouvait se faire dans les chemins plus (La Forêt des Mal-aimés) ou moins (Punkt) balisés pour un résultat qui marque la chanson française. Et puis il y a eu ces albums en piano-voix, touchants parce que c’est un interprète hors-pair qui peut se frotter occasionnellement sans dommage à des intouchables du patrimoine (Brel, Ferré et Barbara en tête).

Depuis on a eu un mélange des deux sur La Science du Cœur, ce qui nous a donné au passage une renversante plage titulaire. On a vite oublié aussi le défoulement des Beaux Sans-Cœur qui montrait une nervosité musicale qui semblait plus proche des baby-boomers que de gens de sa (de notre) génération.

La charte graphique de la pochette assez comparable avec celle de Paris Tristesse et La Science du Cœur, donc assez réussie et plutôt moderne. Du côté tenues, on est une fois encore proche de l’avant-garde du stylisme, voire de l’art contemporain. Donc, on est assez surpris d’entendre un album aussi sage, voire presque vieillot dans la forme. C’est l’ami Albin de la Simone qui est à la réalisation de cet album et le résultat est forcément sobre. Mais si les excellents derniers albums d’Albin étaient simples, on les a perçus comme intemporels et au foisonnement discret. Le hasard du calendrier veut aussi que cet album sorte en même temps que celui de ses voisins francophones de Corridor et enchaîner les deux revient à passer de Deerhunterà Barbara. Ce n’est pas un jugement de valeur (on adore les deux) mais c’est troublant.

L’enrobage est donc acoustique (Amour ou Songe) et sa façon d’y chanter est pour le moins traditionnelle, avec des chœurs jolis tout pleins et gorgés d’années soixante. Rappelons tout de même qu’il reste un grand interprète. Les mélodies d’ailleurs lui font honneur (Le Monarque des Indes). On connaissait déjà quelques-uns de ces titres comme La Plus Belle Des Maisons qui était sur Paris Tristesse ou Un Cœur Qui Saigne écrite par Félix Dyotte qu’on retrouve avec un plaisir certain. Il y a aussi le très beau duo avec Clara Luciani mais elle qui peut aussi pratiquer une modernité sans complexe sonne aussi un peu vintage.

On avait aimé le piano-voix, voici des versions presque acoustiques. Un album de Pierre Lapointe est d’office impeccable, touchant et sincère mais au double regard de sa production passée et de ce que font certains autres qui fréquentent nos oreilles pour le moment, il est marqué d’un classicisme tel qu’il peut apparaître daté. Ses audaces formelles nous manquent pour tout dire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)