Accueil > Critiques > 2019

Emily Jane White - Immanent Fire

lundi 25 novembre 2019, par Marc


La critique comparative, comme celle qui se lance dans le piste-par-piste, est vouée à être fastidieuse. Mais dans le cas d’Emily Jane White, il est compliqué de faire abstraction de toutes les bonnes choses qu’elle nous évoque. Voilà une chanteuse qui a tout de suite su nous mettre à l’aise et ce n’est pas ce nouvel album qui va venir compliquer l’idylle.

En équilibre même pas fragile entre intimité, densité, entre une accessibilité jamais prise en défaut et un son assez personnel finalement, elle nous rappelle des choses comme une Agnes Obel qui mangerait toutes ses céréales au matin ou bien Marissa Nadler quand elle se fait plus acoustique.

Le résultat est logiquement Très beau, majestueux (Metamorphosis), le genre de plaisir qu’on retrouve chez Bat For Lashes. On approuve largement la lenteur lancinante de Infernal qui rappelle qu’elle peut aussi ajouter un peu de lourdeur. Ou alors jouer la légèreté avec le beau Light et sa mélodie de piano assez irrésistible.

Le son est assez particulier, assez sombre, peu spectaculaire malgré les nombreuses composantes. La voix est aussi très versatile, se prêtant à des rapprochements qu’on n’aurait pas fait de prime abord. On retrouve sur cet album plusieurs de ses préoccupations plus sombres et sociétales, allant du constat de disparitions d’espèces animales à l’exaspération du patriarcat.

Je sais que vous aimez les choses belles et intenses à la fois et Emily Jane s’est toujours bien débrouillée pour nous en servir régulièrement. Elle livre donc une bonne rasades de bonnes choses et on l’en remercie. Encore.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Emily Jane White - Immanent Fire 26 novembre 2019 10:45, par Laurent

    À la 4e écoute (consécutive), tout devient évident : la comparaison très judicieuse avec Bat for Lashes, la force mélodique, le clair-obscur qui sous-tend l’ensemble. Complètement envoûté par cet album, j’ai l’impression que c’est son meilleur à ce jour. Mais je vais évidemment réécouter tout ce qui a précédé. Quatre fois de suite.

    repondre message

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)