Accueil > Musique > 2019 > Emily Jane White - Immanent Fire

Emily Jane White - Immanent Fire

lundi 25 novembre 2019, par Marc


La critique comparative, comme celle qui se lance dans le piste-par-piste, est vouée à être fastidieuse. Mais dans le cas d’Emily Jane White, il est compliqué de faire abstraction de toutes les bonnes choses qu’elle nous évoque. Voilà une chanteuse qui a tout de suite su nous mettre à l’aise et ce n’est pas ce nouvel album qui va venir compliquer l’idylle.

En équilibre même pas fragile entre intimité, densité, entre une accessibilité jamais prise en défaut et un son assez personnel finalement, elle nous rappelle des choses comme une Agnes Obel qui mangerait toutes ses céréales au matin ou bien Marissa Nadler quand elle se fait plus acoustique.

Le résultat est logiquement Très beau, majestueux (Metamorphosis), le genre de plaisir qu’on retrouve chez Bat For Lashes. On approuve largement la lenteur lancinante de Infernal qui rappelle qu’elle peut aussi ajouter un peu de lourdeur. Ou alors jouer la légèreté avec le beau Light et sa mélodie de piano assez irrésistible.

Le son est assez particulier, assez sombre, peu spectaculaire malgré les nombreuses composantes. La voix est aussi très versatile, se prêtant à des rapprochements qu’on n’aurait pas fait de prime abord. On retrouve sur cet album plusieurs de ses préoccupations plus sombres et sociétales, allant du constat de disparitions d’espèces animales à l’exaspération du patriarcat.

Je sais que vous aimez les choses belles et intenses à la fois et Emily Jane s’est toujours bien débrouillée pour nous en servir régulièrement. Elle livre donc une bonne rasades de bonnes choses et on l’en remercie. Encore.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Emily Jane White - Immanent Fire 26 novembre 2019 10:45, par Laurent

    À la 4e écoute (consécutive), tout devient évident : la comparaison très judicieuse avec Bat for Lashes, la force mélodique, le clair-obscur qui sous-tend l’ensemble. Complètement envoûté par cet album, j’ai l’impression que c’est son meilleur à ce jour. Mais je vais évidemment réécouter tout ce qui a précédé. Quatre fois de suite.

    repondre message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)