Accueil > Musique > 2020 > Mechanimal - Crux

Mechanimal - Crux

lundi 3 février 2020, par Marc


Un album un peu cold qui vient de Grèce, c’est une incongruité qui n’en est plus vraiment une quand on se penche un peu plus sur la scène locale et son étonnante diversité. On vous avait déjà parlé du cas Mechanimal et la principale et notable différence est l’absence de chanteuse au profit d’une voix masculine caverneuse à souhait assez en ligne avec le genre très cold pratiqué.

C’est synthétique, mais sans la brillance des claviers, d’une certaine discrétion qui laisse de la place à la belle voix grave. Crux est un album qui distille petit à petit une ambiance personnelle. Cet organe peut certes nous renvoyer fort en arrière avec des formations comme Fields of The Nephilim ou Christian Death mais le son plus clair est plus actuel malgré le clin d’oeil des boîtes à rythme. Le résultat dégage la mélancolie qu’il faut (Sharon) sur le début de l’album.

Les morceaux y sont plutôt répétitifs mais jamais ennuyeux. Mais quand on pense avoir fait le tour, l’album prend un virage ils sortent un peu de distorsion sur Easy Dead ou une plus grande densité électronique sur Scavengers. Lequel ne desserre pas l’étreinte, la reprend même et nous emmène plus haut qu’on ne pensait aller. L’album bascule alors vers une electro plus franche, flirtant avec l’EBM ou l’electro dark (Razor Tube), assurant une remontée lente mais sûre sur Vanquish avant de servir des cordes à foison sur La Poverine Delle Ossa, comme une version synthétique des Leonard Cohen récents, proposant ainsi un album séquencé comme un beau déboulé.

Séquencé comme une belle progression (même s’ils ne visent sans doute pas les cours de spinning) cet album n’est donc pas révolutionnaire (ce n’est absolument l’optique) mais est une petite friandise glacée pour l’amateur du genre que je suis.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)